Cabinet Yann Botrel

psychologie

  • Tout savoir sur la dépression saisonnière

    À l’approche de certaines saisons, il est très fréquent de rencontrer de nombreuses personnes qui ne se sentent plus très bien. Elles perdent généralement le moral et ressentent aussi d’autres symptômes. Il s’agit de la dépression saisonnière. Si vous êtes curieux de tout savoir sur elle, alors vous êtes à la bonne adresse. Cet article se propose de vous éclairer sur le sujet.

    Loss of self22

    Qu’est-ce que la dépression saisonnière ?

    La dépression saisonnière est une catégorie de dépression très particulière. Selon les études, elle est liée au fait que les personnes qui en souffrent ressentent un manque de lumière naturelle. Elle survient généralement à une période très précise de l’année. Il s’agit de la fin de l’automne. Cela représente aussi le début de l’hiver. En effet, pendant cette période froide, l’on remarque que les journées se terminent très vite. Aussi, les rayons du soleil ne sont plus assez intenses. Il ne parvient donc plus à éclairer normalement.

    De nombreux scientifiques se sont intéressés à ce sujet. À travers leurs recherches, ils ont découvert que la lumière du soleil qui était capable de fournir près de 100000 lux ne procure que 2000 lux pendant l’hiver. Cependant, il est important que vous sachiez que de nombreuses personnes souffrent aussi de la dépression saisonnière en été. On parle dans ce cas de dépression estivale. Dans ce cas, il peut s’agir des résultats d’une trop longue exposition à la lumière ou simplement la sensibilité à une chaleur excessive.

    Pour traiter la dépression estivale, il est conseillé de se rendre chez un médecin. Ce dernier pourra alors prescrire des médicaments. Cependant, il est aussi possible de trouver du soulagement en prenant des dispositions afin de réduire l’entrée de la lumière naturelle dans les maisons. Une autre solution est d’installer des systèmes de climatisation dans le but de réduire la chaleur. Pour les personnes qui disposent de moyens financiers conséquents, elles peuvent opter pour des voyages dans des régions plus froides.

    Comment la dépression saisonnière agit-elle sur le corps humain ?

    Vous devez savoir que la lumière du soleil ou celle produite de façon artificielle joue un grand rôle sur le corps humain. En effet, elle lui permet de réguler son horloge biologique interne. C’est grâce à la lumière que l’on arrive à définir le moment où l’on doit dormir et celui où il faut se réveiller. Par ailleurs, elle a aussi une influence directe sur l’humeur. Dès lors que vous êtes en présence d’une source de lumière, cette dernière accède à votre organisme à travers vos yeux.

    Elle se transforme alors en signal électrique qui pousse les neurotransmetteurs à sécréter de nombreuses hormones comme celle qui est responsable du bonheur. Il s’agit de la sérotonine. À son tour, celle-ci provoque la production de la mélatonine une fois la nuit tombée. Ainsi donc, si vous ne recevez pas assez de lumière, vous pouvez rapidement souffrir d’un dérèglement hormonal.

    Quelles sont les personnes qui peuvent souffrir de dépression saisonnière ?

    De façon générale, la dépression saisonnière sévit le plus souvent chez les personnes qui souffrent de surmenage ou celles qui sont déjà dépressives. Elle s’observe dans les pays dont le climat est naturellement froid. Au Canada par exemple, près de 18 % de la population en souffre. Cela se ressent automatiquement sur leurs morales. Des cas vraiment graves de cette pathologie sont aussi observés, car ces personnes ont parfois du mal à vaquer à leurs occupations.

    En Amérique, près de 10 % de la population en souffre. Selon de nombreuses études, la dépression saisonnière sévit aussi en Europe. Elle touche ici environ 5 % de la population. La plupart sont des femmes et des hommes adultes. Notez qu’en raison de leurs jeunes âges et de leurs physiques assez résistants, les enfants et les adolescents ne souffrent pas de la dépression saisonnière.

    Existe-t-il une différence entre la dépression saisonnière et la dépression normale ?

    Il s’agit d’une question qui est souvent posée par de nombreuses personnes. En effet, il est souvent difficile de distinguer ces deux types de dépressions qui sont tout de même très différentes l’une de l’autre. La dépression normale est causée par divers évènements qui sont dans la plupart des situations éprouvantes et difficiles à surmonter. La dépression saisonnière quant à elle dépend de la saison que l’on traverse et n’est pas issue d’un évènement lié à l’homme.

    Comment savoir que l’on souffre d’une dépression saisonnière ?

    La dépression saisonnière se caractérise par l’apparition de nombreux symptômes. Ces dernières sont très semblables à ceux que l’on rencontre dans le cas des dépressions normales. C’est peut-être pour cela que de nombreuses personnes n’arrivent pas à la distinction entre les deux. Lorsque vous souffrez de dépression saisonnière, votre humeur change radicalement. Vous êtes triste sans aucune raison. Vous ne savez pas quoi faire de vos journées et vous êtes susceptible. Vous êtes très fatigué et vous avez l’impression que votre corps ne dispose plus d’énergie pour permettre de vaquer à vos occupations. Vous ressentez alors un besoin extrême de vous coucher et de vous endormir.

    La dépression saisonnière se manifeste aussi par un appétit développé. L’on a très envie de manger des repas consistants sans pour autant penser aux risques de prise de poids. En société, les personnes qui souffrent de cette pathologie n’aiment pas se mélanger aux autres. Elles peuvent même décider de ne pas saluer leurs proches. Elles n’ont pas envie de s’investir dans un projet. Dans certains cas plus graves, elles sont la cible du désespoir et peuvent même avoir envie de mettre fin à leurs vies. D’autres symptômes peuvent aussi vous aider à savoir que vous souffrez de dépression saisonnière. On peut citer les envies régulières de pleurer et la baisse de la libido.

    Que faut-il faire dès l’apparition des symptômes de la dépression saisonnière ?

    Dès que vous commencez à remarquer les symptômes qui sont cités plus haut, alors vous pouvez déjà soupçonner une dépression saisonnière. Afin d’en avoir le cœur net, vous devez rapidement faire appel à un médecin ou vous rendre à l’hôpital. Ainsi, vous pourrez vous assurer qu’il ne s’agit pas d’un autre problème de santé. En fonction de ce que vous ressentez, le professionnel pourra vous prescrire un traitement adéquat ou vous diriger vers un service capable de vous prendre en charge.

    Comment peut-on traiter une dépression saisonnière ?

    Pour traiter une dépression saisonnière, plusieurs solutions sont préconisées.

    Un traitement à base de lumière

    Étant donné que la dépression saisonnière est une maladie occasionnée par le manque de lumière solaire, la thérapie par la lumière représente une solution adéquate. Elle consiste à apporter à la personne souffrante une source de lumière supplémentaire. Pour cela, on la fait asseoir devant une lampe capable de filtrer les rayons ultraviolets. Cette dernière est conçue pour délivrer une puissance de près de 10000 lux.

    Cependant, il existe certaines dispositions à prendre avant de faire une thérapie par la lumière. Vous ne devez pas directement observer la lumière. Essayez donc de détourner votre regard. Il est aussi conseillé de s’occuper à autre chose pendant la séance qui doit durer environ une heure. Pour de meilleurs résultats, il est conseillé de faire la thérapie par la lumière tous les matins pendant les mois où la lumière produite par le soleil est insuffisante. Avec cette méthode, vous trouverez satisfaction au bout de quelques jours.

    Toutefois, vous devez savoir que la luminothérapie peut occasionner des effets secondaires comme la fatigue oculaire, les céphalées et de la fatigue générale. Certaines personnes se sont aussi plaintes du fait qu’elles éprouvaient des difficultés à dormir. Par ailleurs, cette technique peut aussi créer des crises sur les personnes qui souffrent de troubles mentaux ou d’autres types de dépressions. Elle n’est aussi pas conseillée pour celles qui ont des yeux et des peaux sensibles.

    L’adaptation au quotidien

    Pour lutter contre la dépression saisonnière, vous pouvez essayer de vous adapter à la situation. Pour y arriver, vous devez changer votre hygiène de vie. Améliorez votre alimentation et reposez-vous chaque fois que vous avez l’occasion de le faire. Vous devez aussi vous exposer le plus possible aux rayons de soleil disponibles. Vous pouvez aussi faire beaucoup d’activités en plein air comme les marches, les sorties en groupe, etc. Ainsi, votre corps aura assez d’énergie pour vous permettre d’affronter vos occupations quotidiennes. Vous ne serez alors plus dépressif.

    La thérapie comportementale et cognitive

    La thérapie comportementale et cognitive peut aussi vous aider à lutter contre la dépression saisonnière. En effet, grâce aux actions et à l’expertise du professionnel, elle est capable d’accéder à vos émotions et vous aider à surmonter votre état dépressif.

    Des médicaments

    Vous pouvez aussi opter pour la prise des médicaments. Ces derniers doivent être prescrits par un médecin qui aurait pris la peine de vous examiner. Il s’agit d’antidépresseurs qui sont capables d’inhiber la recapture de la sérotonine. Toutefois, ils doivent être obligatoirement utilisés avec un autre traitement.

    Vous pouvez aussi prendre de la vitamine D. Cette dernière est plus adaptée pour les personnes qui ont une peau sombre. Elle permet d’apporter au corps la dose qu’il lui manque. Avant d’en consommer, assurez-vous que votre médecin vous fasse des analyses afin de déterminer la quantité de vitamine D que vous avez déjà dans le corps.

     

  • Tout savoir sur Sigmund Freud et sa pensée

    Considéré comme l'une des figures emblématiques de la philosophie, Sigmund Freud n'est plus à présenter aux amoureux de la discipline de Socrate. Il est très connu pour son invention de la psychanalyse mettant en relief la psychologie, sa théorie sur les notions de conscient, d'inconscient, de refoulement, de rêve, de transfert ou encore de complexe d'Œdipe. Si vous souhaitez tout savoir sur ce psychologue qui a révolutionné la conception du psychanalysme humain, lisez cet article.

     

    Freud

    Bref aperçu de la vie de Sigmund Freud

    Il est né le 6 mai 1856 à Freiberg, en Moravie, en actuelle République Tchèque, dans une famille juive. Sigmund Freud, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a connu une enfance particulière.

    En effet, pendant qu'il séjournait dans ses trois ans, son père nommé Jacob Freud se retrouvera au cœur d'une faillite. En 1860, la famille du petit Sigmund va s'envoler vers Vienne dans l'optique de tenter sa chance.

    En fuyant une ville bâtie sur l'antisémitisme au profit de sa nouvelle destination, Freud aura la possibilité de faire de brillantes études scientifiques. Ce qui le faire découvrir les livres de Shakespeare, d'Homère, de Schiller et de Goethe.

    Alors qu'il n'avait que 8 ans, il aura la passion de lire ces auteurs. L'année 1881 sera celle où Sigmund Freud va devenir docteur en médecine. Au début, il s'intéresse à la neurologie.

    Il a fallu quatre ans après pour que le jeune médecin décoche une bourse d'étude qui lui permettra de prendre la destination de la France. Il atterrit précisément à l’hôpital de la Salpétrière à Paris.

    De là, il va suivre les enseignements du professeur Jean-Martin Charcot, l’un des neurologues les plus réputés de l’époque, notamment pour ses travaux sur l’ hystérie et l’hypnose. À son retour à Vienne, Sigmund Freud s'établit comme médecin psychologue.

    Il se spécialise dans la psychologie en traitant des maladies nerveuses. Il se met dans la posture du professeur Charcot dont il défend les théories. Dans cette lancée, le jeune psychologue va prononcer en 1886 un discours

    Lequel décrira devant la Société des Médecins de Vienne l'hystérie chez le sexe masculin. Ce faisant, Freud remet en cause l'idée selon laquelle cette maladie était typiquement féminine et qui était devenue virale à l'époque.

    Il est tollé de ses confrères qui le mettent au ban de leur société. Dans la même période, il se marie à Martha Bernays, à qui il est fiancé depuis longtemps. Le couple aura six enfants, dont Anna Freud, qui deviendra psychanalyste.

    Les pensées du psychologue Freud

    A cette époque, le médecin psychologue se sert de l'électrothérapie et l' hypnose pour traiter des individus atteints de maladies psychologiques. Mais très vite il laisse cette méthode dont les résultats étaient spectaculaires mais peu durables.

    Dès lors, en collaboration avec son ami Joseph Breuer aussi médecin et physiologiste autrichien, il publie en 1895 Etudes sur l’hystérie. Il s'agit d'un livre qui fait état des différents cas traités par les deux médecins depuis 1893.

    Dans le lot, figure le cas d'une femme supposée hystérique, patiente de Joseph Breuer. Ce dernier la considère comme l'exemple type d'un nouveau type de cure, qu'il nomme cathartique.

    Le principe consiste à faire narrer au malade placé sous hypnose des évènements jonchés de traumatismes et enfouis dans ses souvenirs et à l'en libérer par l'expression de cette parole.

    Naissance de la psychanalyse basée sur la psychologie

    Le jeune médecin psychologue passe tout son temps à étudier ce cas, si bien qu'il finit par développer une nouvelle approche. Celle-ci se focalise sur une exploration de la vie psychique consciente et inconsciente.

    Cette approche est également basée sur une étude de la part visible de la conscience humaine, et de celle qui, de façon invisible, affleure :

    par les rêves

    par les lapsus

    par les mots d'esprit

    par les actes manqués

    Freud a attendu 1896 pour donner à son approche le nom de « psychanalyse » tout en clarifiant son objectif. Lequel consiste à dénouer des troubles psychiques médicalement inexplicables.

    Cette approche comprends entre la psychologie de développement, la psychologie de respiration, etc qui entrent dans le fonctionnement psychique de l'homme.

    À partir de là, le spécialiste de la psychologie va fonder sa théorie du conscient, du pré-conscient et de l'inconscient. Cela a été la toute première révolution dans la représentation fu psychisme.

    Après le décès de son père survenu quelques temps après, Freud entreprend de « s’auto-analyser » grâce à la correspondance soutenue qu’il entretient avec son ami, le docteur Fliess. Cela va alors se concrétiser par la mise en évidence progressive :

    du principe de refoulement

    du complexe d'Œdipe

    de la théorie du transfert

    de l'interprétation des rêves

    Et ce, en partant de ses propres souvenirs et de ses propres rêves qu'il va dénuder dans un livre éponyme, qui paraît en 1900. À travers cet ouvrage, le psychologue décrit pour la première fois le concept d’ association libre.

    Il faut comprendre par là, l'un des principes fondamentaux de la psychanalyse dont l'idée est d'amener le malade à exprimer de façon spontanée tout ce qui lui traverse l'esprit. Tous ces efforts lui valent en 1902 sa nomination de professeur titulaire à l'Université de Vienne.

    Au bout de trois années plus tard, Freud fait paraître le Cas Dora, la première narration d'une analyse, ainsi que Trois essais sur la théorie sexuelle, dans lesquels il expose sa théorie sur la place de la sexualité dans le développement de la personnalité.

    La théorie freudienne s'exporte

    Très vite, un groupe de sympathisants va se former autour de l'auteur parmi lesquels Carl Gustav Jung, psychiatre et essayiste suisse, fondateur de la psychologie analytique. Leur rencontre date de 1907, année à partir de laquelle les deux hommes vont entretenir une correspondance.

    Mais cette relation ne va pas durer longtemps, car des divergences ne tarderont pas à prendre place entre eux. En effet, Jung bat en brèche l’approche analytique et l’élaboration freudienne de la structure de l’inconscient. Dans les années 1910, ils se séparent.

    Au cours de la même période, l'approche psychanalytique de Freud s'exporte outre-Atlantique et va permettre à l'auteur d'être invité par le professeur Stanley Hall, philosophe et psychologue à la Clarck University, aux Etats-Unis. Et fait de nombreux adeptes.

    L'année 1920 marquera le publication d'un autre ouvrage intitulé Au-delà du principe de plaisir. Il s'agit d'un livre important qui développe la théorie des pulsions de mort (Thanatos) et de vie (eros) qui cohabitent dans chaque être, défini par le Moi, le Ca, et le Surmoi.