Cabinet Yann Botrel

addictologue lyon

  • Une journée pour arrêter - rentrée 2021

    Unejourneepourarreter

    Avec un groupe de 12 personnes maxi, une journée ensemble pour arrêter de fumer pour le prix d'une cartouche de tabac !

    Connaître les mécanismes de l'addiction, motivation de groupe, 2 séances d'hypnose de groupe.

    Dans un cadre proprice, proche de Lyon ! 

    Renseignements : contact@yann-botrel.fr

     

    Lire la suite

  • Addictologie et hypnose: la formule gagnante ?

    Pour réagir et sortir d’une addiction, l’hypnose ericksonienne peut être utilisée lors d'une thérapie brève afin de pallier à ce problème.

    Il existe aujourd'hui de très nombreuses formes de dépendances allant des plus classiques comme le tabac ou l'alcool, à des formes beaucoup plus modernes comme la cyberdépendance ou les achats compulsifs.

    Utilisé entre autres à l'hôpital de Blois, Yann Botrel, hypnothérapeute à Lyon, est spécialisé dans le traitement des dépendances et dans l'amélioration des potentiels. L'hypnose n'est certes par une baguette magique, mais grâce à une thérapie basée sur la valorisation des capacités, il agit comme une thérapie complémentaire voir principale pour s'affranchir d'une addiction.

    Bien souvent, les personnes addictes sont victimes d'un facteur aggravant de l'ordre du trouble anxieux comme le stress ou l'anxiété.

    L'hypnothérapie : késako ? 

    L'hypnothérapie est un traitement de la dépendance fondé sur des preuves, qui peut également être utilisé pour traiter une variété d'autres difficultés psychologiques. L'hypnothérapie combine le processus psychologique de l'hypnose avec la psychothérapie. L'hypnothérapie est menée par un thérapeute qualifié, généralement un psychologue agréé, avec un client qui est informé du processus, le comprend et y consent.

    L'hypnose est un état de conscience modifié, connu sous le nom d'état de transe, qui est délibérément induit par une personne - l'hypnotiseur ou l'hypnothérapeute - sur une autre personne ou un groupe de personnes - le ou les sujets hypnotiques. Le changement de conscience qui se produit sous hypnose est plus qu'une simple sensation, il peut être mesuré et observé sur les relevés EEG du cerveau des sujets hypnotiques.2 Dans l'état hypnotique, le sujet est plus ouvert à la suggestion.

    L'autohypnose (ou auto-hypnose) est la pratique consistant à induire l'hypnose chez soi. La principale distinction entre l'hypnose guidée et l'auto-hypnose est simplement que l'auto-hypnose nécessite de comprendre comment induire l'hypnose chez soi.

    Comment utiliser l'auto-hypnose pour la gestion du stress ? 

     

    Comme nous l'avons vu dans l'introduction, la plupart des patients atteints d'addictions font face à un facteur aggravant bien souvent issu du stress ou de l'anxiété. L'auto-hypnose peut être une solution efficace pour réduire l'impact des troubles anxieux afin de pouvoir traiter ensuite l'addiction en elle-même.

     

    Cette forme de thérapie est ressentie comme un état de transe, une personne devient moins consciente de ce qui se passe autour d'elle et se concentre profondément sur un aspect de son expérience intérieure. Ces expériences intérieures peuvent concerner ses pensées, ses sentiments, ses souvenirs, son imagination et ses sensations, en particulier les sensations associées à la relaxation.

    Il existe trois aspects centraux de la transe hypnotique. Ce sont l'absorption, la dissociation et la suggestibilité.

    L'absorption est une sorte de concentration mentale profonde. La personne qui est hypnotisée est profondément absorbée et mentalement impliquée dans ce qu'elle perçoit, imagine ou pense. Elle se concentre très attentivement, de la même manière que vous pouvez être absorbé par un livre que vous lisez ou un film que vous regardez.

    L'aspect dissociatif de la transe hypnotique signifie que la personne hypnotisée sépare les aspects de l'expérience hypnotique sur lesquels elle se concentre des autres distractions potentielles dont elle serait normalement consciente au même moment, à un degré inhabituel. Par exemple, l'hypnotiseur peut suggérer à la personne hypnotisée de lever le bras.

    La personne hypnotisée a en fait le contrôle de ce qu'elle fait, malgré l'expérience dissociative qui pourrait lui donner l'impression que son bras est contrôlé par une force extérieure inconnue d'elle.

    Comment l'hypnothérapie aide à lutter contre la dépendance 

    Pendant une transe hypnotique, la personne hypnotisée, ou sujet hypnotique, est plus ouverte aux suggestions de l'hypnotiseur ou de l'hypnothérapeute. Elle devient généralement plus passive et se plie aux suggestions de l'hypnotiseur ou de l'hypnothérapeute. Sous hypnose, les gens peuvent devenir plus imaginatifs, plus ouverts à la fantaisie, et parfois, plus capables d'accéder à des souvenirs oubliés depuis longtemps, bien que ces souvenirs ne soient pas toujours fiables.

    Cet état de relaxation et de suggestibilité peut aider les gens à avoir une perspective différente sur leurs comportements de dépendance. Ce qui semble normalement impossible - abandonner une substance ou un comportement qui est au cœur de son existence - peut sembler réalisable et souhaitable.

    Bien que chacun réagisse différemment à l'hypnose, certaines personnes suivant un traitement d'hypnothérapie peuvent développer une capacité à se libérer de certains schémas comportementaux à long terme à l'état de veille.

    Il existe de nombreux mythes sur l'hypnose et l'hypnothérapie, et beaucoup d'entre eux soulèvent la question de savoir si l'hypnose est efficace ou sûre. Pourtant, l'hypnose est considérée comme sûre lorsqu'elle est pratiquée par un hypnothérapeute qualifié comme Yann Botrel, et même l'auto-hypnose est également considérée comme sûre. De plus, cet accompagnement sera d'autant plus efficace qu'il est diplômé en addictologie et est donc habitué à traiter tous types de personnalités et tous types d'addictions.

    Certaines études ont montré que l'hypnothérapie peut aider à lutter contre les addictions, car l'hypnose permet à certaines personnes, grâce au pouvoir de suggestion, de renforcer leur volonté pour surmonter leurs pulsions et leurs envies de dépendance. L'état hypnotique diminue la conscience périphérique d'une personne, ce qui augmente son attention et sa suggestibilité et peut modifier efficacement les réseaux neurophysiologiques capables de recâbler certains schémas et conditionnements. Cela signifie que les sentiments et les comportements d'une personne continuent d'être influencés même après qu'elle soit sortie de la transe hypnotique. Ainsi ce praticien en hypnose sera exactement comment vous influencer pour résoudre votre addiction, car il est en effet addictologue sur Lyon.

    Cependant, ceux qui pensent que l'hypnose est en quelque sorte magique et qu'elle effacera leur dépendance en une seule séance risquent d'être déçus. L'hypnothérapie est un outil permettant de libérer le potentiel humain grâce au pouvoir de la suggestion, et non une formule magique.

    L'hypnothérapie n'est pas une solution instantanée 

    Il convient tout de même de considérer le fait que l'hypnose n'est pas une solution instantanée, il vous faudra vous engager dans un long travail de développement personnel pour résoudre ses problèmes d'addictions durablement. L'hypnose peut aider les gens à s'attaquer à leur dépendance et aux problèmes qui y sont associés, mais ces questions sont complexes et difficiles, tant pour le client que pour le thérapeute, et l'hypnothérapie ne fonctionne pas pour tout le monde.

    Nos ateliers 

    Yann Botrel est un hypnothérapeute addictologue sur Lyon qui sera vous accompagner grâce à des ateliers sur une journée spécialement orienté sur les addictions. Pour résumer simplement ce que nous avons vu dans cet article, lors d'une séance d' hypnose, cela agit au niveau inconscient et laisse des suggestions ancrées qui se répercutent dans le conscient et dans les comportements de la vie de tous les jours. Cependant, ce n'est pas une pratique adaptée à tous les profils : il y a une vraie démarche personnelle derrière, de la confiance envers le praticien, une véritable volonté de s'en sortir... Tous ces ingrédients sont essentiels pour réussir à vaincre son addiction !

    Nos ateliers se déroulent dans un cadre propice au lâcher-prise et à la prise de décision, avec un programme en 12 points afin de comprendre tous les aspects du fonctionnement de l'addiction et de mettre en place des solutions grâce à l'hypnose et des techniques comportementales pour des applications pratiques. Ce maître praticien va grâce à des suggestions permissives vous permettre de vous affranchir de votre dépendance. Je vous invite à vous rapprocher de nous pour connaître les prochaines dates d'ateliers à proximité de Lyon.

     

     

     

    Lire la suite

  • Le jeux compulsif

    Casino, jeux de grattage, tiercé, poker en ligne. Certains ont une addiction aux jeux qui leur fait perdre beaucoup d'argent et souvent quelques proches ! La thérapie comportementale et cognitive est l'un des moyens privilégiés pour s'attaquer à ce trouble. avec un certain succès !

    La thérapie comportementale et cognitive utilise une approche similaire à celle employée dans d'autres addictions tel que la dépendance à l'alcool ou au tabac.

     

    Jeux compulsif lyon

    Définition

    Parmi ceux qui pratiquent les jeux de hasard et d'argent (gambling), certains développent une pathologie : le jeu devient une maladie ou une dépendance se traduisant par une impulsion incontrôlable à miser de l'argent. La dépendance est caractérisée par un état de besoin impérieux de faire une activité, ou encore de consommer une substance, par la nécessité d'en augmenter la fréquence, la dose afin d'en maintenir l'effet et d'éviter l'état de manque (sensation anxieuse). En 1980, l'association américaine de psychiatrie reconnaissait le jeu pathologique comme un trouble de l'impulsion (DSM-III). Selon une étude, environ 2 % des adultes répondraient aux critères du jeu pathologique.

    Sur le plan de la politique de la santé, le débat s'articule autour de deux conceptions opposées. D'un côté, une position défendue par l'industrie américaine et européenne des jeux d'argent, pour qui le taux de prévalence du jeu pathologique n'est pas corrélé à l'accessibilité aux activités de « jeu », et selon eux il n'y aurait pas lieu de légiférer. D'un autre côté, il y a ceux pour qui une réglementation pourrait limiter substantiellement le nombre de joueurs compulsifs et les coûts sociaux importants qui sont associés à cette psychopathologie.

     

    Etiologie

    Il n'existe pas une cause en particulier. Chaque joueur a ses propres raisons de jouer. Mais dans la plupart des cas, la personne essaie de détourner l'attention d'autrui ou de démontrer un sentiment de malaise.

    Certaines personnes jouent parce qu'elles ressentent la nécessité de succès spectaculaire. Ces personnes auront par exemple appris, souvent dans leur famille, qu'on est aimé et estimé des autres pour ce que l'on fait, pour nos succès, plutôt que pour ce que l'on est. De plus, parmi ceux qui ont appris qu'il est nécessaire d'avoir du succès pour avoir l'attention et être reconnu, la persévérance, peut venir soutenir le comportement de chasing (le fait de revenir jouer sans cesse dans le but de regagner l'argent perdu). Le joueur compulsif s'entête à persévérer et non à s'obstiner contre le jeu.

    D'autres expriment, par le comportement de jeu compulsif, de la colère ou de la rébellion. Ceci est basé sur la supposition que le jeu est un comportement qui sera perçu par la famille et les autres comme déviant et dérangeant. Certains sont en quête d'une libération d'un état de dépendance émotive par la recherche d'une activité qu'ils peuvent contrôler. Cela en prenant appui sur le lien qu'ils ont établi entre indépendance financière et indépendance émotive. Aussi, bon nombre de joueurs et de joueuses cherchent l'acceptation sociale, puisque autour d'une table de jeux, tous sont égaux (« Si vous avez l'argent, vous êtes accepté »).

    De nombreuses personnes qui ont un problème avec le jeu compulsif, jouent dans le but de fuir des émotions douloureuses. Par exemple, les joueurs dépressifs peuvent ressentir un regain d'énergie ou une libération d'endorphine en jouant. Ensuite, le jeu demande de l'attention, ce qui a pour effet de distraire l'individu de ses problèmes. De plus, les activités à hauts risques comme le jeu, de par les sentiments d'excitation qu'elles procurent, combattent le sentiment de vide et de mort. En outre, le jeu a comme effet de ralentir les personnes souffrant d'hyperactivité. Enfin, le jeu peut aussi être pratiqué afin de prolonger la phase « maniaque » d'une maniaco-dépression.

     

    Comment prévenir ?

    La lutte contre le jeu pathologique commence par la mise en place de campagnes de prévention, et par la limitation de la publicité audiovisuelle.

    Ainsi, un rapport du Conseil supérieur de l’audiovisuel au Parlement français, relatif aux conséquences de la publicité en faveur des jeux d’argent et de hasard, préconisait en 201113 :

    l'interdiction de publicité sur les chaines de télévisions et de radios dites pour mineurs ;

    l'interdiction de communication commerciale trente minutes avant et après un programme pour les mineurs ;

    la non dénaturation du contenu des émissions sportives : « lorsque des cotes sont évoquées dans une émission parrainée par un opérateur de paris sportifs ou hippiques, il est recommandé que soit fait référence à une cote moyenne ou, à défaut, à plusieurs cotes émanant de différents opérateurs » ;

    l'adoption d’une charte de bonne conduite par les différents acteurs, visant notamment à « limiter le volume et la concentration des communications commerciales en faveur de ces opérateurs » ;

    l'obligation d’apposition d’un message de mise en garde lors des diffusions des publicités ;

    l'interdiction de publicité sur les sites de jeux vers des sites de prêt d’argent ou qui incitent le prêt entre joueurs.

     

    Elements cliniques

    Préoccupation par le jeu (exemple : préoccupation par la remémoration d'expériences de jeu passées ou par la prévision de tentatives prochaines ou par les moyens de se procurer de l'argent pour jouer).

    Besoin de jouer avec des sommes d'argent croissantes pour atteindre l'état d'excitation désiré.

    Efforts répétés mais infructueux pour contrôler, réduire ou arrêter la pratique du jeu.

    Agitation ou irritabilité lors des tentatives de réduction ou d'arrêt de la pratique du jeu.

    Joue pour échapper aux difficultés ou pour soulager une humeur dysphorique (exemple : des sentiments d'impuissance, de culpabilité, d'anxiété, de dépression).

    Après avoir perdu de l'argent au jeu, retourne souvent jouer un autre jour pour recouvrer ses pertes (pour « se refaire »).

    Ment à sa famille, à son thérapeute ou à d'autres pour dissimuler l'ampleur réelle de ses habitudes de jeu.

    Commet des actes illégaux tels que falsifications, fraudes, vols ou détournement d'argent pour financer la pratique du jeu.

    Met en danger ou perd une relation affective importante, un emploi ou des possibilités d'étude ou de carrière à cause du jeu.

    Compte sur les autres pour obtenir de l'argent et se sortir de situations financières désespérées dues au jeu.

     

    Se soigner

    Comme pour toutes les addictions et presque toutes les maladies chroniques, la prise en charge précoce de l’addiction aux jeux d’argent est prédictive d’une évolution positive. On peut dire que plus l’on commence tôt avec le traitement, plus grande sont les chances de s’en sortir.

    Selon les études, la probabilité de guérir peut atteindre 60% mais souvent il reste des séquelles : conséquences des surendettements successifs, des épisodes dépressifs non pris en charge, de l’abus des autres substances... Même si l’addiction au jeu ne pose plus problème, lorsque l’on a été un joueur pathologique pendant longtemps comment revivre dans une situation de surendettement, comment accepter cette nouvelle vie et s’y adapter ? Comment retrouver une certaine aisance après une vie entière passée dans les casinos ?

    Une démarche précoce est donc une bonne mesure. Ensuite comme pour toutes les addictions, le premier interlocuteur peut être son médecin généraliste. Il est celui qui connaît le mieux son patient et ses antécédents. Il va le conseiller et le suivre dans sa démarche. Il va être le relais avec les spécialistes.

    Mais très vite, dans les addictions, une prise en charge spécialisée est à envisager. Dans tous les départements, il existe des structures médico-sociales, spécialisés, pluridisciplinaires nommés soit CSAPA (Centres de Soins d’Accompagnent et de Prévention des Addictions) ou dans certains endroits Maison des Addictions (exemple d’une Maison des Addictions).

    Les consultations dans ces structures sont gratuites et se font dans le respect de la confidentialité. Elles se dirigent aux personnes en difficulté, mais aussi aux familles et aux proches. Elles offrent de simples informations, un accompagnement, des propositions des soins. On peut y trouver à la fois une aide sociale, éducative et thérapeutique.

    Pour l’addiction aux jeux d’argent, les programmes thérapeutiques proposés sont basés sur des psychothérapies cognitives et comportementales, l'hypnose ainsi que sur un traitement pharmacologique. Souvent une prise en charge particulière de la famille ou de l’entourage proche s’impose également. Suivant la sévérité de l’addiction au jeu, une hospitalisation peut même s’avérer nécessaire. Elle peut être organisée à partir des CSAPA ou des Maisons des Addictions.

    On peut aussi contacter le joueurs-info-service soit par internet http://www.joueurs-info-service.fr soit par téléphone : 0974751313 (appel non surtaxé de 8h00 à 2h00).

  • Le système limbique - circuit de la récompense

    Le système limbique, appelé parfois cerveau limbique ou cerveau émotionnel, est le nom donné à un groupe de structures de l'encéphale jouant un rôle très important dans le comportement et en particulier, dans diverses émotions comme l'agressivité, la douleur morale, la peur, le plaisir ainsi que la formation de la mémoire. 'Limbe' signifiant 'frontière', le système limbique est une interface anatomique et fonctionnelle entre la vie cognitive et la vie végétative.

     

    Cabinet yann botrel

     

    Lire la suite

  • Les drogues de synthèse - Addictologie Lyon

    Les nouveaux produits de synthèse (NPS) sont des substances psychoactives qui tentent de reproduire les effets de produits illicites existants tels que l’ecstasy/MDMA, les amphétamines, la cocaïne, le cannabis, le LSD... Mais la plupart sont beaucoup plus puissants, plus dangereux et plus addictifs que les drogues qu’ils imitent.

    Addictologue Lyon

     

    Lire la suite

  • Tout savoir sur le tabac

    Sevrage tabac Yann Botrel

    Le tabac est un produit psychotrope manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes de tabac commun (Nicotiana tabacum), une espèce originaire d'Amérique appartenant au genre botanique Nicotiana (famille : Solanaceae).

    L'usage du tabac s'est largement répandu dans le monde entier à la suite de la découverte de l'Amérique. Sa commercialisation est souvent un monopole d'État et soumise à des taxes qui varient fortement selon les pays.

    Le tabac génère une forte dépendance et sa consommation est responsable de près de 6 millions de décès par an dans le monde dont 600 000 sont des non-fumeurs exposés à la fumée (tabagisme passif). De nombreuses maladies sont liées au tabagisme (maladies cardiovasculaires et cancers, entre autres).

    En 2019, la France a produit 5 320 tonnes de tabac brut sur une superficie de 2 050 hectares, contre 6 910 tonnes sur 2 620 hectares en 2018 ; c'est le 8e producteur de l'Union européenne après l'Italie, la Pologne, l'Espagne, la Grèce, la Croatie, la Bulgarie et la Hongrie. La profession est organisée autour de cinq coopératives, pour un chiffre d'affaires estimé à moins de 30 millions d'euros en 2018 ; à titre de comparaison, la valeur de la production agricole française était de 74,6 milliards d'euros en 2020.

    Lorsque Christophe Colomb arrive en Amérique en 1492, il constate que les Indiens utilisent le tabac pour ses propriétés magiques et médicamenteuses. André Thevet en rapporte des graines et la culture du tabac commence en Europe.

    En 1492, lors de son expédition en Amérique, Christophe Colomb découvre le tabac et le rapporte en Europe, à la Cour espagnole et portugaise, où il est pendant longtemps utilisé comme simple plante d'ornement. Ce n'est qu'au milieu du xvie siècle que le médecin personnel de Philippe II d'Espagne commence à le promouvoir comme « médicament universel ». La première description écrite serait le fait de l'historien espagnol d'Oviedo.

    Il est introduit en France en 1556 par un moine cordelier, André Thevet qui au retour de son séjour au Brésil, en fit la culture dans les environs de sa ville natale d'Angoulême. On l'appelle alors « herbe angoulmoisine » ou « herbe pétun ».

    Dès 1775, les premiers soupçons de relation entre tabac et cancer sont exprimés

     

    Les conséquences

    Il n'y a pas de seuil en deçà duquel on peut fumer sans risque. Les fumeurs occasionnels ont eux aussi de gros risques pour leur santé, au niveau cardio-vasculaire surtout (infarctus, AVC, embolie pulmonaire, phlébite,...). 

    Fumer une cigarette par jour comparé à quelqu'un qui fume vingt cigarettes par jour ne diminue pas le risque par 20 mais seulement par deux ...

    C'est plus la durée d'intoxication au tabac que la quantité consommée qui est importante de prendre en considération.

    Sans compter que le risque de poursuivre un tabagisme occasionnel multiplie les (mal)chances de re-devenir dépendant avec toutes les conséquences qui pourraient suivre et que cela engendre une augmentation de consommation. 

     

    La nicotine : substance de la dépendance

    Présente naturellement dans le tabac, la nicotine est la molécule responsable des syndromes de manque et de dépendance. Elle agit directement sur votre système nerveux et provoque une dépendance puissante, parfois supérieure à celle de la cocaïne ou de l’héroïne. Une fois inhalée, la nicotine met quelques secondes pour arriver au cerveau. Diffusée sous forme de shoot via la cigarette, elle a un effet anxiolytique, coupe-faim et stimulant.

    La nicotine contenue dans les substituts nicotiniques est diffusée de manière lente et progressive de manière à soulager les symptômes de manque, sans provoquer le pic de plaisir et donc entretenir la dépendance. Dans ce cas, les effets de la nicotine liés au tabagisme ne sont pas ressentis. La nicotine n’est pas cancérigène, ce sont les produits chimiques dégagés par la fumée de cigarette qui sont véritablement nocifs pour la santé.

    Lire la suite

  • Dépendances sexuelles

    Définition

     

    Sexe devient la priorité absolue dans la vie du sujet pour lequel il est prêt a tout sacrifier (travail, vie

    affective…)

    Source de souffrance

    Recherche plaisir, excitation, apaisement

    Sexualité comme lutte contre un sentiment d’insécurité, faible estime de soi, besoin permanent et jamais assouvi d’affirmation et de réassurance

    Exclut l’autre en tant que personne, objet sexuel

     

    Différentes formes

     

    Masturbation compulsive

    Dépendance aux formes anonymes, payantes ou non, de désir sexuel: pornographie, sexualité par téléphone, cybersexe.

    6 a 9 % des hommes internautes passent plus de 11 heures par semaine a consulter ces sites.

    Recours compulsif a la prostitution ou aux sites de rencontres de partenaires sexuels.

    Fréquentation de clubs échangistes, de sex-shops, de peep shows, de bars lap-dance

    Drague compulsive

    Hyper sexualité

    Dépendance a des drogues ou a des accessoires utilises pour

    augmenter le plaisir sexuel (chems)

    Sexe anonyme (une nuit ou un inconnu),

    Rapports non protégés avec HIV+

    Pratiques ≪ nouvelles ≫: asphyxie, électrocution…

    Rapports compulsifs amoureux multiples (recherche permanente d’une intensité des sentiments a travers de nouvelles aventures) / Fixation amoureuse sur des partenaires inaccessibles.

    Souvent associées a des comportements sexuels a risque

     

    Une dépendance propre a notre société?

     

    Probablement non…mais accélération de la tendance

    Société avide de performance

    Exposition aux images a caractère sexuel

    Sexe attire, fascine et fait vendre

    Quête de soi et consommation a outrance

     

    Eléments cliniques

     

    Besoin plus que désir

    Besoin de nouveauté, nouvelles expériences

    dont il espère toujours plus et ressent finalement

    moins

    ≪ shoot ≫ sexuel exigeant des doses croissantes

    Comportement dissimule, honte et culpabilité

    Isolement

    Proches: manque de disponibilité du sujet qui

    demeure secret, souvent dans le mensonge

    malgré sa souffrance

    Affectivité à part de la sexualité

    Remède a la solitude, la tristesse, une faible estime de soi

    Recours contre toute émotion pénible ou situation qu’il ne sait résoudre

     

    Echelle de Coleman: au moins 2 critères/5

    * Drague compulsive, recherche constante et insatiable

    de partenaires multiples (gestion du stress et anxiété)

    * Sexualité compulsive insatisfaisante dans laquelle

    l’autre est réduit a l’état d’objet partiel

    * Autoérotisme compulsif (masturbation frénétique avec une fréquence de 5 a 15 fois par jour conduisant a des blessures, a une fatigue, voire a des difficultés socioprofessionnelles)

     

    Déclencheurs de crise

     

    Etat dépressif (relancer la machine du désir)

    Emotions désagréables

    Choc psychologique

    Stress important, notamment au travail

    Alcool et fatigue

     

    Conséquences psychologiques, psychiatriques

    Conséquences somatiques :

    infections génitales

    mutilations (liées a des pratiques masturbatoires violentes ou répétées)

    cancers (lies a des pratiques sexuelles non protégées, comme le cancer du col utérin)

    contamination par le VIH ou les autres maladies sexuellement

    transmissibles

    grossesse non désirée, avortement

    Conséquences médico-légales : infractions aux moeurs de tous

    types (appels téléphoniques obscènes, prostitution, exhibition,

    voyeurisme, viol, etc.)

    Désocialisation : endettement, divorce, perte d’emploi, etc.

    Lire la suite

  • CSAPA Lyon - Centres de soins en addictologie

    Permet l'accueil des patients
    Propose des conseils aux professionnels non spécialisés

    Les CSAPA (Centres de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) assurent, pour les personnes ayant une consommation à risque, un usage nocif ou présentant une dépendance aux substances psychoactives ainsi que pour leur entourage :

    * l’accueil, l’information, l’évaluation médicale, psychologique et sociale et l’orientation de la personne ou de son entourage ; dans ce cadre, ils peuvent mettre en place des consultations de proximité en vue d’assurer le repérage précoce des usages nocifs ;

    * La réduction des risques associés à la consommation de substances psychoactives ;

    * La prise en charge médicale, psychologique, sociale et éducative. Elle comprend le diagnostic, les prestations de soins, l’accès aux droits sociaux et l’aide à l’insertion ou à la réinsertion.

    Les CSAPA peuvent accueillir les usagers en ambulatoire ou bien proposer des services de soin résidentiel. 

    Les CSAPA sont financés par l’Assurance Maladie et portés soit par des associations, soit par des établissements publics de santé. La structure gestionnaire peut par ailleurs gérer un ou des Centres d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction de risques pour Usagers de Drogues (CAARUD).

     

    Le soin résidentiel collectif

    ♦ Accueil des patients

    Les CSAPA peuvent porter des dispositifs de soin résidentiel collectif :

    – Les Centres thérapeutiques résidentiels (CTR) : appelés également centre de post-cure, sont des lieux de soin avec un hébergement collectif. La durée de séjour initiale est variable (de quelques semaines à plusieurs mois, avec des modalités de renouvellement possibles), et peut durer jusqu’à un an. Il s’agit de consolider le sevrage ou le traitement de substitution ou l’abstinence d’une pratique addictive, afin de permettre à la personne de retrouver un équilibre dans un cadre protégé, et de construire un projet individuel de réinsertion sociale.

    – Les Communautés Thérapeutiques (CT) : elles proposent du soin résidentiel avec hébergement collectif, fondé sur une prise en charge où un groupe de résidents-pairs est le moteur du soin et de l’entraide. Comme les CTR, elles accueillent les personnes dont la prise en charge en ambulatoire se révèle insuffisante ou non pertinente. Elles proposent un programme thérapeutique essentiellement basé sur la vie communautaire, les activités de groupe, les interactions avec les pairs, la reconnaissance et l’expression des émotions.

    –  Les Centres d’Accueil d’Urgence et de Transition (CAUT) : ils proposent des séjours de courte durée pour consolider ou mettre en place un projet de soin ou d’insertion. Trois des quatre centres accueillent ainsi des sortants de prison et font la transition entre le milieu carcéral et une proposition de soin adaptée à la personne. Ils permettent une rupture d’avec le cadre habituel et une stabilisation de la démarche de soin.

     

    Le soin résidentiel individuel

    ♦ Accueil des patients

    Les CSAPA peuvent également porter des dispositifs de soin résidentiel individuels :

    – Les Appartements Thérapeutiques (AT) : il s’agit d’un hébergement individuel qui vise l’inscription sociale du patient et le renforcement de son identité. Durant son séjour, la personne bénéficie d’un accompagnement thérapeutique, médical, psychologique et éducatif. Ils sont destinés à des personnes pouvant vivre seules et gérer a minima un quotidien.

    – Les Familles d’accueil permettent à des personnes en situation d’addiction d’être hébergées dans des familles. Elles permettent aux usagers de rompre avec leur quotidien, de retrouver un rythme de vie par l’intégration dans un milieu familial et de réapprendre les liens interpersonnels et sociaux. L’orientation vers une famille d’accueil est d’autant plus pertinente que l’usager ne souhaite pas intégrer une structure de soin résidentiel collectif sans pour autant vouloir vivre seul.

    – Les Appartements de Coordination Thérapeutique (ACT) ont été créés expérimentalement en 1994, pour la prise en charge de personnes touchées par le VIH-sida. Ils sont, depuis 2002, intégrés au secteur médico-social et financés par l’assurance maladie et ouverts à l’accueil de toute personne en situation de précarité touchée par une pathologie chronique invalidante (sida, hépatite, cancer, sclérose en plaque…). Les ACT proposent un hébergement à titre temporaire pour des personnes en situation de fragilité psychologique et sociale et nécessitant des soins et un suivi médical, de manière à assurer le suivi et la coordination des soins, l’observance des traitements et à permettre un accompagnement psychologique et une aide à l’insertion.

    Lire la suite

  • Histoire de la cocaïne

    La cocaïne - histoire de la poudre blanche

    Jeune toxicomane faisant cocaine carte credit noire surface verre dans toilettes boite nuit apres fete 152404 10583

    Lire la suite

  • Cyberaddictions

    Premières descriptions dans les années 90 mais
    absence de consensus et de critères diagnostics
    autours de ce concept
    * Manque de données épidémiologiques fiables
    * Sur 27 études réalisées entre 1998 et 2016 et dans 14
    pays d’Europe, 8 pays d’Asie du Sud-Est, les Etats-Unis,
    l’Australie: prévalence moyenne de 4,7 %

    Définition

    Usage addictif
    * Perte de contrôle
    * Intolérance à la frustration, sentiments de colère, tension et/ou
    dépression quand l’ordinateur n’est pas accessible
    * Isolement, délaissement autres activités
    * Envahissement vie psychique
    * Conséquences: scolaires++, professionnelles, familiales,
    sociales…
    * Plaisir è besoin
    * Tolérance
    * Tb comorbides

    Fuite du réel
    * Refuge, échappatoire à la réalité (Valleur et Vela)
    * Éviter d’affronter problèmes vie quotidienne / relations
    intersubjectives
    * Immersion dans le virtuel
    * MMORPG: sentiment d’identification très puissant
    ◆ Recherche de puissance et désir de contrôle
    * Maîtrise technique, du monde, de soi et de l’autre
    * Règles connues

    ◆ Recherche de sensation
    * Score plus faible pour jeux vidéo?
    * Combler l’ennui, le vide / évacuer tension
    ◆ Repli sur soi ou forme de sociabilité
    * Socialisation entre pairs et recherche identitaire
    * Parfois même thérapeutique
    * Forme de sociabilité particulière: faiblesse
    engagement, large extension, univers du jeu

    Lire la suite

  • Les risques méconnus du tabac - addictologie Lyon

    - Baisse densite minerale osseuse (H et F) et du risque de fracture du femur

    - Risque de positivite du Facteur Rhumatoide et de celui de PCR avec severite de

    l’atteinte pulmonaire associee

    - Risque de thrombose des arteres renales (risque d’infarctus renal) et favorise la

    dysfonction du greffon de rein (ou rejet). Accelere l’evolution vers l’IRC (HTA

    essentielle, nephropathie lupique, polykystose renale, nephropathie a IgA). Favorise

    hemorragie intra-alveolaire dans le syndrome de Goodpasture

    - Risque de cancer du rein et de la vessie

    - Risque de maladie de Basedow et ophtalmolopathie basedowienne (diminution de

    l’efficacite de son traitement). Cancer de la thyroide moins frequent chez le

    fumeur?

    - Risque de cancer de l’oesophage, estomac, pancreas, foie, colorectal.

    - Risque de RGO, fibrose hepatique, maladie de Crohn.

    - Risque de lesions precancereuses buccales et cancers de la cavite buccale ainsi

    que des VADS. Diminution da la frequence des aphtes et de la maladie de Behcet.

    - Maladie parodontale (risque de perte osseuse)

    - Risque de tumeur de Warthin (cystadenolymphome de la parotide).

    addictologue Lyon - addictologue Rhône - addictologue Oullins - Addictologue Pierre Bénite - Hypnose Oullins - Hypnose Lyon

    Lire la suite

  • La cocaïne - dépendance Lyon

    Les effets recherchés de la cocaïne

    Sensation de bien être et d’euphorie
    Augmentation de l’énergie, disparition de la sensation de fatigue
    Idées de grandeur
    Tachypsychie
    Désinhibition
    Hypervigilance, augmentation de la concentration
    Anorexie, insomnie
    Augmentation de l’intérêt sexuel

    Lire la suite

  • Janvier sobre - Dry January à Lyon et en France

    C'est un concept qui nous vient de Grande Bretagne: "Le dry january" et qui se poursuit jusqu'à la fin du mois. Il s'agit de faire une pause sur sa consommation d'alcool après les fêtes. 

    Des études ont montré qu'un mois sans alcool permettait de détoxifier le foie. En effet, lorsque le foie reçoit de l'éthanol et que l'on cumule ces consommations avec une bonne table, les cellules hépatiques ont tendances à recevoir des dépôts de graisses qui peuvent provoquer des stéatoses hépatiques. 

     

    Dry January Lyon

    Lire la suite

  • Comment savoir si on est dépendant ?

    Comment savoir si on est réellement dépendant d'une substance (ou d'un comportement) ? 

    Est ce que l'on en abuse simplement ? (mésusage)

    Est-ce que l'on peut maîtriser sa consommation ?

    D'une manière simplifiée, on est dépendant lorsque l'on est passé d'une consommation plaisir à une consommation besoin. Lorsque le produit ou le comportement a pris une telle place que cela devient quasiment le seul centre d'intérêt. Parfois ce sont les autres qui alertent. 

     

    Lire la suite

  • Ressources en addictologie Lyon

    Pour traiter une dépendance, il faut se munir de toutes les armes possibles et le milieu associatif peut être une aide précieuse. Il est souvent difficile de pousser la porte d'une association d'anciens buveurs par exemple mais chez certains, cela provoque un véritable déclic ou soulagement de pouvoir partager avec des personnes bienveillantes qui sont spécialistes de la problèmatiques car tous passés par ces prisons que sont les dépendances. 

    Que ce soit pour l'alcool, le cannabis, diverses toxicomanies ou pour le jeu compulsif, l'addiction au sexe, il y aura toujours un groupe à rejoindre. 

    entraide rhône

     

     

     

     

     

    Lire la suite