Cabinet Yann Botrel

dépendance

  • La dépendance aux jeux, les joueurs compulsifs

    Les joueurs compulsifs sont des personnes qui ont un désir ou besoin irrationnel et irrésistible qui les poussent à ne trouver que les jeux représentent la solution à toutes situations de tristesse de leur vie. Ainsi, le jeu qui est considéré comme source de plaisir et d’amusement, devient un besoin quotidien. Des études ont montré que l'addiction aux jeux de hasard et d'argent est le résultat d'une série de facteurs qui affectent progressivement le comportement de la personne qui joue et son rapport au jeu. À travers cet article nous essayerons de comprendre les contours de la dépendance aux jeux.

    Hypnose lyon 2

    Les facteurs pouvant conduire à une dépendance aux jeux

    Plusieurs facteurs expliquent les causes qui conduisent à la dépendance aux jeux. Voici :

    Le facteur d'influence des autres joueurs

    Si les gens autour de vous jouent, vous courrez également un plus grand risque de jouer. Cependant, l'apprentissage et le jeu en famille se font généralement sans mesures de prévention des risques. Par conséquent, vous pourriez bientôt être influencés par les propos de votre proche, par exemple. Il lui sera plus facile de se vanter de ses gains plutôt que de ses pertes afin de vous persuader de jouer également le jeu.

    Le facteur de l’habitude

    Le jeu doit d'abord être divertissant. Mais cela deviendra vite une habitude, voire une routine. Avec la migration massive vers le jeu en ligne, notamment en raison de la pandémie de COVID-19, il est devenu plus difficile de contrôler le temps passé à jouer à des jeux. Par exemple, lorsqu'une machine à sous est à bout de main sur votre téléphone ou votre ordinateur. Vous pouvez ainsi rapidement créer une routine.

    Le facteur de l’illusion de contrôler les opportunités

    Il y a un facteur hors de notre contrôle : le hasard. Pour lui, l'intelligence et les compétences ne comptent pas. Cependant, face à un jeu de hasard, vous appellerez involontairement votre sagesse, comme s'il s'agissait d'un jeu d'adresse. Vous développez des stratégies, des rituels. Mais c'est futile. L'opportunité est imprévisible et incontrôlable : elle nous laisse tous impuissants, que nous soyons intelligents ou non.

    Le facteur des prédispositions psychologiques

    Certains facteurs psychologiques peuvent conduire au développement d'une dépendance, qu'il s'agisse du jeu ou d'autres comportements ou substances. Voici quelques exemples :

    trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH)

    une situation personnelle, familiale ou professionnelle stressante,

    traumatisme de l'enfance,

    besoins non satisfaits,

    difficile de traiter le problème,

    faible tolérance à l'ennui, etc.

    Ces facteurs peuvent provoquer un déséquilibre émotionnel, ce qui rend les gens plus susceptibles de devenir dépendants.

    Le facteur environnement

    Ce facteur est à la base du développement des problèmes de jeu, car il existe de nombreuses possibilités de jeu à proximité des domiciles : appareils de loterie vidéo dans les casinos, bars, restaurants et tavernes à proximité, dépanneurs ou épiceries... Cela augmente les bénéfices du jeu. L’existence du jeu contribue à façonner un environnement dans lequel le jeu est accepté, encouragé et même promu par la société.

    Le facteur conditionnement et fièvre du jeu

    Lorsque vous commencez à jouer, vous êtes exposés à une certaine forme de conditions. Les récompenses de jeu aident à développer des erreurs de pensée, modifiant ainsi votre perception et votre expérience en tant que joueur. Cela est particulièrement vrai lorsque vos premières parties se soldent par une série de victoires plus ou moins élevées. Cette illusion de chance crée un sentiment d'euphorie lorsque vous découvrez le jeu pour la première fois et vous invite à recommencer. En fait, le cerveau se souvient plus facilement des gains que des pertes, et vous allez vite croire que la possibilité va bientôt s'inverser à nouveau : vous approchez d'un piège.

    Comment changer de vie en tant que joueur compulsif ?

    Discuter de votre problème à vos proches

    Une étape délicate à ne pas négliger dans le processus. Il est très difficile de se battre seul et d'arrêter les choses hors de votre contrôle. N'hésitez pas à en parler à vos proches et professionnels, ils sauront vous soutenir, vous encourager et vous aider à comprendre ce qui freine votre évolution dans le jeu.

    Accepter et faites le deuil de l’argent perdu

    Trouvez des solutions concrètes et réelles à vos difficultés financières. C’est vrai qu’il est difficile de l’accepter, mais il faudra le consommer pour y parvenir. L'opportunité est hors de contrôle. Que vous y jouiez une ou dix mille fois, vous vous en souvenez : le jeu n'a pas de mémoire. Ce n'est donc pas une solution.

    Favoriser les chances en votre faveur

    Ne passez pas par votre lieu de jeu préféré, évitez d'emporter de l'argent avec vous... Protégez-vous en décidant d'interdire l'entrée au casino, etc. Obligez-vous à respecter vos nouveaux principes.

    Pourquoi l’hypnose pour se guérir de la dépendance aux jeux ?

    L'hypnose est une thérapie douce qui peut aider les personnes ayant des problèmes de dépendance au jeu à reprendre le contrôle de leurs impulsions et à faire disparaître la plupart des conséquences négatives du jeu. D'une manière générale, notre cerveau enregistre un schéma fonctionnel précis en fonction de nos habitudes. Par exemple, une personne accro au jeu doit jouer constamment à des jeux pour se sentir heureuse. Sinon, elle sera malheureuse. Ce schéma était profondément enraciné dans son cerveau et est rapidement devenu une réalité immuable dont il ne pouvait pas s'écarter.

    De nombreuses personnes ont essayé de lutter contre la dépendance au jeu, mais ont échoué. Lorsqu'ils se répètent sans cesse la même phrase : « Je veux vraiment arrêter de jouer, mais je n'y arrive pas », ces personnes tombent dans une dépendance qui est principalement addictive inconsciemment. Et c'est là que l'hypnose cherche des solutions. Au cours du processus d'hypnose, le patient entre progressivement dans un état de relaxation profonde, et son cerveau va progressivement baisser sa vigilance pour permettre à de nouvelles informations de se produire. L'hypnothérapeute lui dicte alors des suggestions comportementales pour l'aider à lutter contre la dépendance aux jeux.

     

    hypnose lyon - addictologue lyon - hypnothérapie lyon - addictologie lyon

  • Les nouvelles drogues de synthèse

    Les nouvelles drogues de synthèse (NDS) sont des substances psychoactives qui tentent de reproduire les effets de produits illégaux existants, tels que l'ecstasy/l'ecstasy, les amphétamines, la cocaïne, la marijuana, les psychédéliques… Mais la plupart d’entre elles sont beaucoup plus fortes, plus dangereuses, et disposent d’une simulation plus addictive. Il existe des centaines de NPS avec des propriétés très différentes.

    Addictologue Lyon

    Un grand nombre de cathinones existe, chacune avec ses propres caractéristiques. Les risques sont principalement neurologiques, mentaux et cardiaques. Ils peuvent être différents selon l’état mental et physique du consommateur au moment de la consommation, ainsi que la quantité et la durée de la consommation.

    L’utilisation de cathinone peut provoquer une maladie mentale grave, qui peut durer plusieurs jours après l’arrêt de l’utilisation, même après l’administration du traitement. Elle se caractérise par des attaques de panique prolongées, des états délirants, des hallucinations, de la paranoïa et des attaques contre les autres ou contre vous-même.

    Toute consommation est à risque. Lorsque vous vous sentez fatigué, stressé, malade ou inquiet, il est préférable de l’éviter.

    Les opioïdes

    Les opioïdes sont une classe de substances naturelles ou synthétiques extraites de l’opium, et sont une substance extraite du pavot à opium.

    Dans cette famille, on distingue les opioïdes prescrits (analgésiques opioïdes et thérapie de substitution) et les opioïdes illégaux vendus au marché noir (héroïne, nouveaux opioïdes de synthèse, etc.). L’usage répété d’opioïdes, même ceux prescrits par un médecin, peut également présenter un risque de dépendance. En cas de consommation excessive, il existe un risque de surdosage. Ce risque augmente avec les opioïdes de synthèse car ils sont beaucoup plus puissants et leur teneur en principe actif est très incertain.

    Les opioïdes se présentent sous de nombreuses formes : sirops, gélules, comprimés, patchs, applicateurs oraux, injections, sprays, suppositoires, poudres, pilules, buvards, etc.

    Les principaux risques des opioïdes sont le surdosage et la dépendance. En fait, le surdosage est une urgence médicale et peut entraîner la mort. Cela se produit lorsque la quantité consommée dépasse la limite que le corps peut tolérer. (Voir aussi le chapitre sur les recommandations de réduction des risques)

    Par conséquent, afin de réduire le risque, il est important de ne pas mélanger plusieurs opioïdes. Ne pas mélanger avec de l’alcool, des benzodiazépines, une thérapie de remplacement des opioïdes et d’autres dépresseurs du système nerveux central : augmente le risque de dépression respiratoire.

    Les pipérazines

    La pipérazine est une classe de produits chimiques dont l’effet stimulant est similaire à celui de l’ecstasy et de l’amphétamine.

    Trois pipérazines sont en circulation depuis de nombreuses années : la BZP (benzylpipérazine), la TFMPP et la mCPP. Veuillez noter que TFMPP est presque toujours fourni en combinaison avec BZP, ce qui renforce son effet. La pipérazine se présente sous plusieurs formes : poudre, gélule, comprimé et liquide.

    Les utilisateurs soulignent que les effets secondaires sont particulièrement nombreux et désagréables.

    Nausées et vomissements, changements brusques de température (une forte sensation de chaleur suivie d’une sensation de froid) ; muqueuses sèches, en particulier bouche sèche.

    La durée de l’effet ainsi que certains effets secondaires et certaines réactions d’hypersensibilité sensorielle (tactile, visuelle, auditive) peuvent déclencher des crises de panique chez les utilisateurs. La survenue de ce « bad trip » ouvre la porte à des complications psychologiques pouvant nécessiter une prise en charge psychiatrique.

    Par conséquent, afin de minimiser le risque, vous devez être attentifs à la dose que vous prenez. Il est conseillé de prendre une petite dose pour la première fois et d’attendre que l’effet se fasse sentir. L’effet peut mettre longtemps à apparaître et durer longtemps, et parfois il est presque tolérable. Plus la dose prise est élevée, plus les effets secondaires désagréables auxquels l’utilisateur sera confronté.

     


    Effets des nouvelles drogues synthèse

    Les nouvelles drogues de synthèse causent un puissant sentiment d’euphorie chez les consommateurs, principalement en raison de leur effet sur les neurones dopaminergiques, responsables du plaisir. Ces médicaments peuvent également aider les utilisateurs à rester éveillé, notamment en provoquant une augmentation rapide des taux de noradrénaline.

    De plus, la consommation de nouvelles drogues de synthèse a pour effet d’augmenter l’énergie, d’augmenter la capacité à effectuer des tâches simples habituellement affectées par la fatigue, de donner aux gens l’impression d’une plus grande puissance physique et intellectuelle et de provoquer une certaine euphorie.

    À faibles doses, la nouvelle drogue de synthèse conçue peut produire une euphorie et une stimulation similaires à celles de l’amphétamine. Cependant, il est plus puissant et plus addictif. De plus, dans de nombreux cas, il peut être toxique.

     

    Conséquences des nouvelles drogues de synthèse

    En raison des effets graves de ces médicaments, les personnes qui les utilisent peuvent se sentir épuisées et tomber dans un état de dépression, ce qui entraîne des idées suicidaires et devient agressif. Comme d’autres médicaments conçus, les nouvelles drogues de synthèse peuvent endommager le cerveau de façon permanente. Le risque de dépendance psychologique est plus grand que celui des produits ordinaires car ils sont plus efficaces. Lorsque la drogue est prise sous forme de méthamphétamine, la dépendance sera plus rapide.

    D’un autre côté, l’utilisation continue de nouvelles drogues synthétiques entraîne généralement une perte de poids, bien qu’il ait été observé qu’une tolérance aux effets coupe-faim peut se développer rapidement. En fin de compte, les utilisateurs de ces types de substances peuvent souffrir de psychose toxique, qui se caractérise par des hallucinations, des délires ou des persécutions, ainsi que des comportements hostiles voire violents. Bien que l’apparition de la psychose ne dure généralement pas plus de quelques jours, elle peut être prolongée, principalement chez les personnes atteintes de maladie mentale.

    hypnose Lyon addictologue Lyon 

  • Pourquoi consulter un addictologue ?

    Un addictologue est un professionnel de santé, spécialisé en psychologie qui accompagne ses patients pour comprendre, analyser et guérir de leurs conduites addictives. Pour ma part, je suis addictologue sur Lyon, en France, et je peux soigner tout type de comportement addictif. Et, il s’agit de mon métier, que j’exerce au quotidien en utilisant l'hypnose comme outils principal d'accompagnement.

     

    Dans cet article, je vous expliquerai ce qu’est une conduite addictive, comment les remarquer et les déceler chez vous ou dans votre entourage proche. Ensuite, nous verrons une typologie d’addictions allant du sexe à l’alcool en passant par le jeu et la cigarette.

     

    Ensuite, nous verrons dans cet article comment se sortir d’une addiction. Ainsi, je vous expliquerai les manières existantes pour sortir de ces problèmes qui vous polluent le quotidien et qui répercutent souvent très nocivement votre santé.

    Addictologue lyon

     

    Qu’est-ce que les conduites addictives ? 

     

    Les conduites addictives sont une série d'actes habituels centrés autour d'un objet, d'une activité, d'une substance ou d'une situation au point de devenir le point central de la vie d'un individu.

     

    L'individu se préoccupe généralement de ce type de comportements avant toutes les autres activités, à l'exception des conséquences négatives qu'ils causent à l'individu et aux autres. Certains comportements addictifs courants incluent la suralimentation compulsive, le jeu, la dépendance à Internet, la dépendance alimentaire et la toxicomanie.

     

    L’addiction au sexe 

     

    L'addiction au sexe est l'une des formes d'addiction les plus largement rapportées. Environ 25 pour cent des personnes qui se rendent dans un centre de traitement de la toxicomanie souffrent d'une dépendance sexuelle. La dépendance sexuelle est quelque peu différente des autres dépendances en ce sens qu'il existe un modèle clair de comportement. Les toxicomanes sexuels se livrent généralement à des actes répétés de masturbation ou s'impliquent dans plusieurs partenaires. Dans certains cas, les toxicomanes sexuels se sont également impliqués dans des actes sexuels avec un partenaire vivant ou ont fécondé une mineure. Certains accrocs choisissent de se livrer à des délits sexuels tels que l’exhibition publique. D’autres, à l’inverse, se concentrent sur une masturbation excessive, ou sur la nymphomanie.

     

    L’alcoolisme 

     

    L'alcool est un autre comportement hautement addictif. Comme les toxicomanes sexuels, les personnes qui ont une dépendance à l'alcool ont souvent des comportements répétitifs qui les obligent à boire pour rester planées. Les personnes souffrant d'alcoolisme sont centrées autour de leurs consmmationq. Si l'utilisateur ne peut plus contrôler ses compulsions à boire, il peut utiliser l'alcool comme moyen de faire face ou d'échapper à la réalité. Après avoir subi une rechute et réalisé qu'ils ne peuvent pas contrôler leurs compulsions, ces toxicomanes doivent suivre un programme en 12 étapes afin de récupérer et de se débarrasser définitivement de leur dépendance à l'alcool.

     

    L’addiction à la cigarette 

     

    La dépendance à la cigarette est une maladie comme une autre et si vous vous êtes adonné à cette pratique, alors vous devez comprendre la douleur qui l'accompagne. Le processus d'abandon est très difficile, mais si vous le faites, il y aura une énorme différence dans votre vie. Les cigarettes contiennent de la nicotine qui provoque l’addiction. Les produits chimiques contenus dans le tabac agissent sur votre système nerveux et cela affecte votre cerveau. Une fois que votre esprit s'est habitué à fumer, il y a de fortes chances que vous commenciez à avoir envie de fumer de façon régulière et répétée..

     

    La dépendance à la cigarette s'est avérée être l'une des principales causes de mortalité chez les jeunes, en particulier les jeunes fumeurs. Les statistiques indiquent qu'environ les deux tiers de tous les jeunes commencent à fumer à un âge précoce. Et ces jeunes fumeurs ne sont pas du tout conscients des dommages que cela peut causer à leur corps à long terme. La dépendance à la cigarette est une maladie grave et il faut arrêter de l'utiliser une fois pour toutes. Si votre enfant fume, ou si vous êtes vous-même un jeune fumeur, je vous recommande de consulter un addictologue.

     

    Reconnaitre la dépendance au tabac 

     

    Il y a certains signes avant-coureurs qui accompagnent la dépendance à la cigarette et ceux-ci incluent être préoccupé par l'idée de fumer une autre cigarette, vouloir fumer une cigarette après les repas ou les collations, perdre le sommeil et devenir irrité lorsque vous manquez une cigarette. Si vous souffrez de l'un de ces symptômes, il est tout à fait évident que vous avez développé l'habitude d'un trouble lié à l'usage du tabac. S'il est déterminé que vous avez développé un trouble lié à l'usage du tabac, divers traitements sont disponibles. Cependant, les méthodes de traitement et le temps pris varient selon la personne touchée.

     

    Des études ont prouvé que la consommation régulière de tabac est nocive pour la santé des utilisateurs. Il peut également provoquer diverses maladies, notamment le cancer, les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, etc.

     

    Soigner l’addiction à la cigarette 

     

    Beaucoup de personnes sont convaincues qu'il est très difficile d'arrêter de fumer. Cependant, ce n'est pas aussi difficile que vous le pensez. Il existe diverses thérapies de remplacement de la nicotine telles que les gommes, les patchs et les inhalateurs disponibles sur le marché qui facilitent grandement la tâche d'arrêter de fumer. Les inhalateurs aident à donner une sensation de fraîcheur à l'utilisateur et ainsi à soulager les envies de cigarettes. Les patchs, quant à eux, libèrent de la nicotine dans l'air et réduisent les fringales.

     

    En tant qu’addictologue basé à Lyon, j’ai soigné énormément de personnes contre leur addiction à la cigarette. Une de mes principales thérapies que je recommande, c’est l’hypnose. Contrairement aux patches ou aux autres techniques, on ne fournit pas au cerveau la nicotine qu’il réclame.

     

    Avec l’hypnose, on agit directement sur le cerveau, sans compensation. C’est une technique radicale, qui nécessite néanmoins une confiance absolue de la personne qui reçoit le traitement. En effet, sans sa coopération, une telle pratique est impossible à réussir.

     

     

    La dépendance au jeu 

     

    Le jeu est une autre dépendance qui oblige les personnes addicts à lutter contre une puissante envie. Les personnes qui jouent sont constamment à la recherche de moyens de gagner de l'argent. Ils peuvent visiter plusieurs sites Web ou parier plusieurs devises sur le jeu de sport ou la course de chevaux.

     

    Distinguer les toxicomanies comportementales 

     

    La principale différence entre les toxicomanies et les toxicomanies comportementales réside dans le fait que les toxicomanes combattent une pulsion interne, tandis que les toxicomanes comportementaux se battent contre des pulsions externes. Par exemple, si vous avez faim toute la journée mais que vous ignorez votre désir de manger, vous avez un problème de toxicomanie. En revanche, si vous mangez toute la journée mais ignorez votre envie de sortir et d'acheter de la nourriture, vous avez un problème de dépendance comportementale. Les toxicomanies sont généralement plus difficiles à traiter, bien que la guérison des dépendances comportementales soit possible.

     

    Tous les toxicomanes ont des compulsions différentes qui les poussent à adopter des comportements addictifs. Cependant, tous les toxicomanes sont aux prises avec des compulsions mentales telles que le désir de jouer, de consommer des substances illégales, de sauter le travail, de se livrer à des activités dangereuses telles que conduire en état d'ébriété, etc. La plupart des toxicomanies nécessitent un traitement dans une clinique de réadaptation et de nombreuses personnes atteintes de troubles mentaux ont besoin de thérapie intensive afin de surmonter leurs comportements d'engagement compulsif. Dans la plupart des cas, ces toxicomanes ne sont pas en mesure de surmonter leurs comportements d'engagement compulsif sans des conseils intenses et parfois même une réadaptation en milieu hospitalier.

     

     

    Guérir d’un comportement addictif en consultant un addictologue 

     

    Les comportements addictifs sont souvent appris : on ne naît pas accroc, on le devient. Il est possible qu'un individu développe une dépendance à l'alcool, à la drogue, au jeu, au sexe, au shopping, etc. Cependant, pour la plupart des gens, les comportements addictifs commencent dans l'enfance et la plupart des toxicomanes ne peuvent pas résister à leur envie de consommer des substances.

     

    L'une des clés les plus importantes pour une guérison réussie de la dépendance est de s'assurer que vous reconnaissez vos comportements de dépendance dès le début. Un bon indicateur de comportement addictif est de découvrir ce qui vous pousse à consommer des substances et une fois que vous avez compris vos besoins émotionnels et vos autres motivations, vous pouvez élaborer un plan pour surmonter votre problème.

     

    Il existe aujourd'hui de nombreux programmes d'auto-assistance pour aider les toxicomanes à se remettre de la toxicomanie. Cependant, il est important de se rappeler que les dépendances sont assez complexes. De nombreuses personnes souffrent de dépendances mais ont réussi à s'en remettre. En tant que professionnel reconnu, vous pouvez venir me consulter en tant qu’addictologue à Lyon. N’hésitez pas à prendre rendez-vous depuis mon formulaire de contact.

     

    Comment surmonter une conduite addictive ? 

     

    Les comportements addictifs peuvent être difficiles à surmonter, surtout si la dépendance est grave. Cependant, il est possible de les surmonter de différentes manières. Le moyen le plus efficace d'arrêter de s'engager dans des comportements addictifs est de suivre une thérapie cognitive et comportementale intense afin de modifier les connexions neuronales dans le cerveau qui permettent un comportement compulsif.

     

    Les programmes de réadaptation utilisent souvent une variété de thérapies différentes pour aider leurs patients à rompre avec ces habitudes. Les thérapies les plus populaires utilisées pour arrêter de consommer de la cocaïne, du crack, de l'alcool, etc. sont complètes et à plusieurs volets. Pour ma part, ce sont des thérapies que je peux engager en tant qu’addictologue lyonnais.

     

    Consulter un addictologue 

     

    Lorsqu'une personne devient accro à l'alcool, ou à toute autre substance, elle éprouve des envies intenses. Cependant, ce n'est pas la substance elle-même qui crée une dépendance; ce sont les aspects psychologiques de l'esprit d'une personne qui le sont. Lorsque la chimie du cerveau est altérée par trop d'alcool, la personne peut se sentir déprimée, irritable, anxieuse et même suicidaire. Afin de vaincre l'alcoolisme, le patient doit d'abord vaincre la dépendance psychologique à l'alcool.

     

    Il est important de comprendre que les toxicomanes ne choisissent pas de devenir dépendants de substances qui font l'objet d'abus. Plusieurs fois, ils tombent sur une dépendance cachée enfouie au plus profond de l'esprit subconscient. Une fois la substance introduite dans le corps, la personne aura besoin d'aide pour lutter contre les fringales et contrôler la chimie de son cerveau. En consultant un addictologue qualifié en toxicomanie, une personne peut tout savoir sur les différentes options de traitement qui s'offrent à elle et peut commencer à lutter contre sa dépendance dès aujourd'hui.

     

    Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne souhaite consulter un spécialiste des addictions au sujet de sa toxicomanie ou de sa dépendance. Certaines de ces raisons peuvent inclure le risque d'endommager le corps s'ils continuent à boire de l'alcool. Le médecin peut également conseiller le patient sur la façon de rester sans alcool en mettant en œuvre des techniques quotidiennes d'exercice, de méditation et de pensée positive.

     

    Il existe un certain nombre de raisons différentes pour lesquelles une personne souhaite consulter un addictologue au sujet de sa dépendance. L'une des raisons les plus courantes est qu'ils souffrent de symptômes de sevrage. Dans de nombreux cas, les alcooliques recevront des conseils, mais ils peuvent également choisir de consulter un addictologue pour déterminer s'il existe des problèmes médicaux sous-jacents à l'origine de leurs problèmes. Si un patient a un problème de santé mentale, il doit immédiatement consulter un professionnel qui s'occupe spécifiquement de ce problème. Bien que le problème puisse être psychologique, il peut toujours être très physique.

     

    Une autre raison de consulter un expert est lorsqu'une personne a reçu un diagnostic de trouble de l'alimentation, comme l'anorexie. Ces troubles de l'alimentation peuvent causer de graves problèmes corporels et même entraîner la mort. Cependant, pour que le trouble soit correctement traité, la personne doit consulter un professionnel, comme un spécialiste de l'anorexie. Cette personne peut diagnostiquer le problème et prescrire le traitement approprié.

     

    Enfin, il existe de nombreuses raisons de consulter un addictologue pour tout problème lié à l'abus d'alcool ou de drogues. Cela comprend des questions générales sur la toxicomanie, telles que la fréquence à laquelle elle se produit, le type de substances impliquées et la gravité de la dépendance. Un professionnel sera également en mesure de déterminer si la dépendance nuit ou non à la vie de la personne ou entraîne d'autres problèmes, tels que la dépression, l'anxiété et l'activité criminelle. Pour ma part, je suis un addictologue à Lyon qui reçoit sur rendez-vous. Sentez-vous libres de me contacter, vous êtes protégé par le secret médical.

  • Alcool, motivation et changement

    Majorité des personnes avec consommation
    ou comportement problématique capacité
    de modifier sans aide professionnelle.
    le besoin d’aide spécifique concerne une
    minorité (<10%).


     Dans la majorité des cas, le changement est
    naturel = règle et non exception

    Vector set of bottles with alcohol and stemware 1441 42

    Lire la suite

  • Les drogues de synthèse - Addictologie Lyon

    Les nouveaux produits de synthèse (NPS) sont des substances psychoactives qui tentent de reproduire les effets de produits illicites existants tels que l’ecstasy/MDMA, les amphétamines, la cocaïne, le cannabis, le LSD... Mais la plupart sont beaucoup plus puissants, plus dangereux et plus addictifs que les drogues qu’ils imitent.

    Addictologue Lyon

     

    Lire la suite

  • Tout savoir sur le tabac

    Sevrage tabac Yann Botrel

    Le tabac est un produit psychotrope manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes de tabac commun (Nicotiana tabacum), une espèce originaire d'Amérique appartenant au genre botanique Nicotiana (famille : Solanaceae).

    L'usage du tabac s'est largement répandu dans le monde entier à la suite de la découverte de l'Amérique. Sa commercialisation est souvent un monopole d'État et soumise à des taxes qui varient fortement selon les pays.

    Le tabac génère une forte dépendance et sa consommation est responsable de près de 6 millions de décès par an dans le monde dont 600 000 sont des non-fumeurs exposés à la fumée (tabagisme passif). De nombreuses maladies sont liées au tabagisme (maladies cardiovasculaires et cancers, entre autres).

    En 2019, la France a produit 5 320 tonnes de tabac brut sur une superficie de 2 050 hectares, contre 6 910 tonnes sur 2 620 hectares en 2018 ; c'est le 8e producteur de l'Union européenne après l'Italie, la Pologne, l'Espagne, la Grèce, la Croatie, la Bulgarie et la Hongrie. La profession est organisée autour de cinq coopératives, pour un chiffre d'affaires estimé à moins de 30 millions d'euros en 2018 ; à titre de comparaison, la valeur de la production agricole française était de 74,6 milliards d'euros en 2020.

    Lorsque Christophe Colomb arrive en Amérique en 1492, il constate que les Indiens utilisent le tabac pour ses propriétés magiques et médicamenteuses. André Thevet en rapporte des graines et la culture du tabac commence en Europe.

    En 1492, lors de son expédition en Amérique, Christophe Colomb découvre le tabac et le rapporte en Europe, à la Cour espagnole et portugaise, où il est pendant longtemps utilisé comme simple plante d'ornement. Ce n'est qu'au milieu du xvie siècle que le médecin personnel de Philippe II d'Espagne commence à le promouvoir comme « médicament universel ». La première description écrite serait le fait de l'historien espagnol d'Oviedo.

    Il est introduit en France en 1556 par un moine cordelier, André Thevet qui au retour de son séjour au Brésil, en fit la culture dans les environs de sa ville natale d'Angoulême. On l'appelle alors « herbe angoulmoisine » ou « herbe pétun ».

    Dès 1775, les premiers soupçons de relation entre tabac et cancer sont exprimés

     

    Les conséquences

    Il n'y a pas de seuil en deçà duquel on peut fumer sans risque. Les fumeurs occasionnels ont eux aussi de gros risques pour leur santé, au niveau cardio-vasculaire surtout (infarctus, AVC, embolie pulmonaire, phlébite,...). 

    Fumer une cigarette par jour comparé à quelqu'un qui fume vingt cigarettes par jour ne diminue pas le risque par 20 mais seulement par deux ...

    C'est plus la durée d'intoxication au tabac que la quantité consommée qui est importante de prendre en considération.

    Sans compter que le risque de poursuivre un tabagisme occasionnel multiplie les (mal)chances de re-devenir dépendant avec toutes les conséquences qui pourraient suivre et que cela engendre une augmentation de consommation. 

     

    La nicotine : substance de la dépendance

    Présente naturellement dans le tabac, la nicotine est la molécule responsable des syndromes de manque et de dépendance. Elle agit directement sur votre système nerveux et provoque une dépendance puissante, parfois supérieure à celle de la cocaïne ou de l’héroïne. Une fois inhalée, la nicotine met quelques secondes pour arriver au cerveau. Diffusée sous forme de shoot via la cigarette, elle a un effet anxiolytique, coupe-faim et stimulant.

    La nicotine contenue dans les substituts nicotiniques est diffusée de manière lente et progressive de manière à soulager les symptômes de manque, sans provoquer le pic de plaisir et donc entretenir la dépendance. Dans ce cas, les effets de la nicotine liés au tabagisme ne sont pas ressentis. La nicotine n’est pas cancérigène, ce sont les produits chimiques dégagés par la fumée de cigarette qui sont véritablement nocifs pour la santé.

    Lire la suite

  • CSAPA Lyon - Centres de soins en addictologie

    Permet l'accueil des patients
    Propose des conseils aux professionnels non spécialisés

    Les CSAPA (Centres de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) assurent, pour les personnes ayant une consommation à risque, un usage nocif ou présentant une dépendance aux substances psychoactives ainsi que pour leur entourage :

    * l’accueil, l’information, l’évaluation médicale, psychologique et sociale et l’orientation de la personne ou de son entourage ; dans ce cadre, ils peuvent mettre en place des consultations de proximité en vue d’assurer le repérage précoce des usages nocifs ;

    * La réduction des risques associés à la consommation de substances psychoactives ;

    * La prise en charge médicale, psychologique, sociale et éducative. Elle comprend le diagnostic, les prestations de soins, l’accès aux droits sociaux et l’aide à l’insertion ou à la réinsertion.

    Les CSAPA peuvent accueillir les usagers en ambulatoire ou bien proposer des services de soin résidentiel. 

    Les CSAPA sont financés par l’Assurance Maladie et portés soit par des associations, soit par des établissements publics de santé. La structure gestionnaire peut par ailleurs gérer un ou des Centres d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction de risques pour Usagers de Drogues (CAARUD).

     

    Le soin résidentiel collectif

    ♦ Accueil des patients

    Les CSAPA peuvent porter des dispositifs de soin résidentiel collectif :

    – Les Centres thérapeutiques résidentiels (CTR) : appelés également centre de post-cure, sont des lieux de soin avec un hébergement collectif. La durée de séjour initiale est variable (de quelques semaines à plusieurs mois, avec des modalités de renouvellement possibles), et peut durer jusqu’à un an. Il s’agit de consolider le sevrage ou le traitement de substitution ou l’abstinence d’une pratique addictive, afin de permettre à la personne de retrouver un équilibre dans un cadre protégé, et de construire un projet individuel de réinsertion sociale.

    – Les Communautés Thérapeutiques (CT) : elles proposent du soin résidentiel avec hébergement collectif, fondé sur une prise en charge où un groupe de résidents-pairs est le moteur du soin et de l’entraide. Comme les CTR, elles accueillent les personnes dont la prise en charge en ambulatoire se révèle insuffisante ou non pertinente. Elles proposent un programme thérapeutique essentiellement basé sur la vie communautaire, les activités de groupe, les interactions avec les pairs, la reconnaissance et l’expression des émotions.

    –  Les Centres d’Accueil d’Urgence et de Transition (CAUT) : ils proposent des séjours de courte durée pour consolider ou mettre en place un projet de soin ou d’insertion. Trois des quatre centres accueillent ainsi des sortants de prison et font la transition entre le milieu carcéral et une proposition de soin adaptée à la personne. Ils permettent une rupture d’avec le cadre habituel et une stabilisation de la démarche de soin.

     

    Le soin résidentiel individuel

    ♦ Accueil des patients

    Les CSAPA peuvent également porter des dispositifs de soin résidentiel individuels :

    – Les Appartements Thérapeutiques (AT) : il s’agit d’un hébergement individuel qui vise l’inscription sociale du patient et le renforcement de son identité. Durant son séjour, la personne bénéficie d’un accompagnement thérapeutique, médical, psychologique et éducatif. Ils sont destinés à des personnes pouvant vivre seules et gérer a minima un quotidien.

    – Les Familles d’accueil permettent à des personnes en situation d’addiction d’être hébergées dans des familles. Elles permettent aux usagers de rompre avec leur quotidien, de retrouver un rythme de vie par l’intégration dans un milieu familial et de réapprendre les liens interpersonnels et sociaux. L’orientation vers une famille d’accueil est d’autant plus pertinente que l’usager ne souhaite pas intégrer une structure de soin résidentiel collectif sans pour autant vouloir vivre seul.

    – Les Appartements de Coordination Thérapeutique (ACT) ont été créés expérimentalement en 1994, pour la prise en charge de personnes touchées par le VIH-sida. Ils sont, depuis 2002, intégrés au secteur médico-social et financés par l’assurance maladie et ouverts à l’accueil de toute personne en situation de précarité touchée par une pathologie chronique invalidante (sida, hépatite, cancer, sclérose en plaque…). Les ACT proposent un hébergement à titre temporaire pour des personnes en situation de fragilité psychologique et sociale et nécessitant des soins et un suivi médical, de manière à assurer le suivi et la coordination des soins, l’observance des traitements et à permettre un accompagnement psychologique et une aide à l’insertion.

    Lire la suite

  • Les risques méconnus du tabac - addictologie Lyon

    - Baisse densite minerale osseuse (H et F) et du risque de fracture du femur

    - Risque de positivite du Facteur Rhumatoide et de celui de PCR avec severite de

    l’atteinte pulmonaire associee

    - Risque de thrombose des arteres renales (risque d’infarctus renal) et favorise la

    dysfonction du greffon de rein (ou rejet). Accelere l’evolution vers l’IRC (HTA

    essentielle, nephropathie lupique, polykystose renale, nephropathie a IgA). Favorise

    hemorragie intra-alveolaire dans le syndrome de Goodpasture

    - Risque de cancer du rein et de la vessie

    - Risque de maladie de Basedow et ophtalmolopathie basedowienne (diminution de

    l’efficacite de son traitement). Cancer de la thyroide moins frequent chez le

    fumeur?

    - Risque de cancer de l’oesophage, estomac, pancreas, foie, colorectal.

    - Risque de RGO, fibrose hepatique, maladie de Crohn.

    - Risque de lesions precancereuses buccales et cancers de la cavite buccale ainsi

    que des VADS. Diminution da la frequence des aphtes et de la maladie de Behcet.

    - Maladie parodontale (risque de perte osseuse)

    - Risque de tumeur de Warthin (cystadenolymphome de la parotide).

    addictologue Lyon - addictologue Rhône - addictologue Oullins - Addictologue Pierre Bénite - Hypnose Oullins - Hypnose Lyon

    Lire la suite

  • La cocaïne - dépendance Lyon

    Les effets recherchés de la cocaïne

    Sensation de bien être et d’euphorie
    Augmentation de l’énergie, disparition de la sensation de fatigue
    Idées de grandeur
    Tachypsychie
    Désinhibition
    Hypervigilance, augmentation de la concentration
    Anorexie, insomnie
    Augmentation de l’intérêt sexuel

    Lire la suite

  • Janvier sobre - Dry January à Lyon et en France

    C'est un concept qui nous vient de Grande Bretagne: "Le dry january" et qui se poursuit jusqu'à la fin du mois. Il s'agit de faire une pause sur sa consommation d'alcool après les fêtes. 

    Des études ont montré qu'un mois sans alcool permettait de détoxifier le foie. En effet, lorsque le foie reçoit de l'éthanol et que l'on cumule ces consommations avec une bonne table, les cellules hépatiques ont tendances à recevoir des dépôts de graisses qui peuvent provoquer des stéatoses hépatiques. 

     

    Dry January Lyon

    Lire la suite

  • Comment savoir si on est dépendant ?

    Comment savoir si on est réellement dépendant d'une substance (ou d'un comportement) ? 

    Est ce que l'on en abuse simplement ? (mésusage)

    Est-ce que l'on peut maîtriser sa consommation ?

    D'une manière simplifiée, on est dépendant lorsque l'on est passé d'une consommation plaisir à une consommation besoin. Lorsque le produit ou le comportement a pris une telle place que cela devient quasiment le seul centre d'intérêt. Parfois ce sont les autres qui alertent. 

     

    Lire la suite

  • Ressources en addictologie Lyon

    Pour traiter une dépendance, il faut se munir de toutes les armes possibles et le milieu associatif peut être une aide précieuse. Il est souvent difficile de pousser la porte d'une association d'anciens buveurs par exemple mais chez certains, cela provoque un véritable déclic ou soulagement de pouvoir partager avec des personnes bienveillantes qui sont spécialistes de la problèmatiques car tous passés par ces prisons que sont les dépendances. 

    Que ce soit pour l'alcool, le cannabis, diverses toxicomanies ou pour le jeu compulsif, l'addiction au sexe, il y aura toujours un groupe à rejoindre. 

    entraide rhône

     

     

     

     

     

    Lire la suite

  • Le mois sans alcool - Dry January

    Pour la deuxième année consécutive, la France lance le défi du mois sans alcool où comment faire une pause dans sa consommation d'alcool tout le mois de janvier pour détoxifier son foie et son corps !

    Cette pratique existe depuis 2013 en Grande Bretagne avec le "Dry January" et permet de retrouver de l'énergie, un meilleur sommeil, une belle peau ou encore mener une réflexion sur sa consommation. 

    Pas plus de deux verres par jour et pas tous les jours, telles sont les recommandations de santé publique. Au fil des années, les consommations d'alcool régulières, même modérées vont créer des dépôts de graisses dans les cellules hépatiques, ce que l'on appelle une "stéatose hépatique" pouvant entrainer des inflammations, complications diverses jusqu'à la cirrhose qui va détruire le précieux organe.

    Chaque année, le tabac tue 80 000 personnes en France et 50 000 des causes directes ou indirectes de l'alcool. 

    Je répondais à ce sujet, au micro de Manylam Mao dans le "Grand direct" de Lyon.1ère.

     

  • Centre d'addictologie Lyon et Rhône

    Qu'est ce qu'un CSAPA ?

    Centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA)

    Un centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) est une structure plurididisciplinaire qui a pour mission d'assurer les actions de prévention et de soins aux personnes atteintes d'addiction.

    Les centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie regroupent depuis 2011 les centres spécialisés de soins aux toxicomanes (CSST) et les centres de cure ambulatoire en alcoologie(CCAA).

    Le CSAPA a aujourd'hui la vocation d’apporter une prise en charge plurididisciplinaire et conceptuelle sur toutes conduites addictives, quel qu’en soit l’objet.

    Lire la suite

  • Dépendance au cannabis

    Dépendance au cannabis - addictologie sur Lyon (Rhône)

    Découvrez la dernière vidéo de Yann Botrel, hypnothérapeute addictologue sur la commune de Saint-Genis-Laval. Comment savoir si la dépendance est installée ? Faut-il traiter ? Quelles solutions ? Quels sont les effets du cannabis (THC) sur le cerveau ? Toutes les réponses en quelques minutes avec cette vidéo.

    L'hypnose est une belle arme thérapeutique pour accompagner le sevrage aux substances psychoactives comme le tabac, cannabis, alcool... dans le cadre d'une prise en charge globale.

     

     

  • Addictologue Lyon (Rhône) et hypnose

    Hypnose et addictologie sur Lyon

    L'addictologie est la discipline médicale qui traite des dépendances. C'est une spécialité de la médecine qui est en fait assez récente alors même que les problématiques de dépendances à un produit ou un comportement peuvent toucher tous les services hospitaliers. Elles passent souvent inaperçu ou bien par faute de temps ou à cause d'appréhension du thérapeute, les patients repartent souvent sans solution notamment aux urgences où l'on ne va traiter que la problématique aigue.

    Il y a quelques années, on parlait d'alcoologue ou encore toxicologue ce qui posait des problèmes de stigmatisations de certaines dépendances alors qu'aujourd'hui on considère que le mécanisme addictif est toujours le même quelques soit le produit ou le comportement. Voila aussi pourquoi la notion de drogue douce ou dure n'existe plus car cela était un non sens.

    Le mécanisme neurologique est toujours le même avec un détournement du circuit du plaisir et de la récompense, une atteinte du système limbique dans l'hémisphère droit du cerveau.

    Lorsque le patient absorbe une substance psychoactive comme la nicotine, l'éthanol ou encore le THC (cannabis), le cerveau va libérer un shoot de dopamine qui est l'hormone du plaisir. Pour retrouver cet effet, on réabsorbe le produit mais le cerveau va « réclamer » une augmentation des doses de substance pour libérer la dopamine. Puis, le piège se referme alors que le cerveau coupe le système dopaminergique. S'en suit une descente aux enfers et c'est le propre à toute addiction : on prend au début la substance pour être bien et ensuite on en prend pour ne pas être mal.

    Un adage d'addictologie dit cependant : « dit moi ce que tu consommes et je te dirais comment tu fonctionnes » car il y a différentes classes de substances pour différents effets recherchés.

    sédatif comme l'alcool

    énergisant comme la cocaïne

    hallucinogène comme les champignons par exemple.

    Il y a une conjonction de trois facteurs dans les dépendances : le produit en lui même comme nous l'avons vu avec sa fonction propre, l'individu avec ses composantes psychologiques et ses facteurs génétiques (le facteur héréditaire est souvent retrouvé) et l'environnement (parfois, on décrit des premières ivresses familiales à l'âge de six ans ou bien encore on retrouve plus de consommations dans certains « milieux »).

    Il est important pour les personnes atteintes de ces troubles de consulter un thérapeute. La famille, l'entourage, se sentent souvent démunis face à des troubles de dépendances. Il ne faut jamais tenter de « soigner de force » ou culpabiliser la personne qui est prisonnière de la dépendance et qui est déjà souvent dans une forme de honte, parfois de déni.

    La confiance, l'alliance thérapeutique est primordiale, la rechute fait souvent partie du processus. Une prise en charge multiple est souvent nécessaire entre le médecin traitant, les services hospitaliers (CSAPA), les psychothérapeutes...

    Le patient doit réapprendre à vivre sans les produits et construire un projet de vie solide pour éviter les rechutes. Aujourd'hui, on favorise la prise en charge ambulatoire plutôt que l'hospitalisation même si parfois elle est nécessaire. Il faudra toujours faire attention de ne pas réaliser un sevrage trop brutal qui peut être mortel pour l'alcool (délirium tremens) ou pour les benzodiazépines.

    L'accompagnement parallèle par l'hypnose, la sophrologie est très efficace.


    Lire la suite