Cabinet Yann Botrel

Mon blog et actualités

  • Une journée pour arrêter - rentrée 2021

    Unejourneepourarreter

    Avec un groupe de 12 personnes maxi, une journée ensemble pour arrêter de fumer pour le prix d'une cartouche de tabac !

    Connaître les mécanismes de l'addiction, motivation de groupe, 2 séances d'hypnose de groupe.

    Dans un cadre proprice, proche de Lyon ! 

    Renseignements : contact@yann-botrel.fr

     

    Lire la suite

  • Alcool, motivation et changement

    Majorité des personnes avec consommation
    ou comportement problématique capacité
    de modifier sans aide professionnelle.
    le besoin d’aide spécifique concerne une
    minorité (<10%).


     Dans la majorité des cas, le changement est
    naturel = règle et non exception

    Vector set of bottles with alcohol and stemware 1441 42

    Lire la suite

  • La psychiatrie en France

    Cabinet yann botrelLa psychiatrie en France a beaucoup évolué depuis ses origines, notamment avec la révolution de la pharmacopée des psychotropes (invention du premier neuroleptique en 1952), et la mise en place du principe de sectorisation depuis 1960. La baisse des crédits et des effectifs affectés à la psychiatrie hospitalière, et notamment la baisse du nombre de lits disponibles, qui sont passés de 120 000 lits au début des années 80 à 55 000 lits en 2011, ont fait l'objet d'un certain nombre de critiques, une partie de la population relevant de soins psychiatriques se retrouvant incarcérée dans des établissements pénitentiaires, ou à la rue et encore encore dans des établissements médico-sociaux où ces malades n'ont pas leur place.

    Lire la suite

  • Les drogues de synthèse - Addictologie Lyon

    Les nouveaux produits de synthèse (NPS) sont des substances psychoactives qui tentent de reproduire les effets de produits illicites existants tels que l’ecstasy/MDMA, les amphétamines, la cocaïne, le cannabis, le LSD... Mais la plupart sont beaucoup plus puissants, plus dangereux et plus addictifs que les drogues qu’ils imitent.

    Addictologue Lyon

     

    Lire la suite

  • Les meilleurs hypnothérapeutes de Lyon

    Comment déterminer si un hypnothérapeute est « bon » et un praticien en général ? Je pense que généralement il n'y a pas de mauvais praticien mais il faut trouver celui avec qui le courant passe le mieux, celui ou celle qui vous mettra en confiance pour avancer dans le processus de la guérison ou de la connaissance de soi.

    Certains de mes patients sont allés consulter des dizaines de thérapeutes sur Lyon, qu'ils soient qualifiés en hypnose, psychologues, psychiatres, addictologues, médecins de divers spécialités. Certains ont simplement réussi à trouver les mots qu'il fallait, ceux qui résonnent auprès de leurs patients, ceux qui provoques le déclic.

     

    Choisir son praticien à Lyon

     

    L'hypnothérapie est une profession non réglementée ce qui implique de la prudence dans le choix du praticien. Tout d'abord, un site internet est un bon point de départ pour jauger de la crédibilité du professionnel. Les tarifs doivent être clairs, sans promesses miraculeuses. Fuyez celles et ceux qui vous promettent des pourcentages de réussites sur des méthodes qui n'ont fait l'objet d'aucune étude digne de ce nom.

    Si je reconnais bien volontiers que beaucoup de thérapeutes autodidactes peuvent être plus pertinents que certains médecins peu empathiques, une base médicale ou paramédicale me paraît plus appropriée dans les différentes thérapeutiques. Il m'est arrivé de « récupérer » des patients dans un état catastrophique après avoir écouté des théories fumeuses inventés par on ne sait qui.

     

    Renseignez vous sur les compétences et formations du thérapeute, ne croyez pas tout sur pièce, vérifiez ! Les avis « google » peuvent être une bonne indication mais ont leurs limitent et imposent aussi la prudence, en revanche, le bouche à oreille est souvent le gage d'une sécurité de prise en charge.

     

    Le cabinet Yann Botrel, spécialisé en addictologie sur Lyon et sa région vous accueille pour des séances d'hypnoses et thérapies brèves en toute sécurité.

    Lire la suite

  • Tout savoir sur le tabac

    Sevrage tabac Yann Botrel

    Le tabac est un produit psychotrope manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes de tabac commun (Nicotiana tabacum), une espèce originaire d'Amérique appartenant au genre botanique Nicotiana (famille : Solanaceae).

    L'usage du tabac s'est largement répandu dans le monde entier à la suite de la découverte de l'Amérique. Sa commercialisation est souvent un monopole d'État et soumise à des taxes qui varient fortement selon les pays.

    Le tabac génère une forte dépendance et sa consommation est responsable de près de 6 millions de décès par an dans le monde dont 600 000 sont des non-fumeurs exposés à la fumée (tabagisme passif). De nombreuses maladies sont liées au tabagisme (maladies cardiovasculaires et cancers, entre autres).

    En 2019, la France a produit 5 320 tonnes de tabac brut sur une superficie de 2 050 hectares, contre 6 910 tonnes sur 2 620 hectares en 2018 ; c'est le 8e producteur de l'Union européenne après l'Italie, la Pologne, l'Espagne, la Grèce, la Croatie, la Bulgarie et la Hongrie. La profession est organisée autour de cinq coopératives, pour un chiffre d'affaires estimé à moins de 30 millions d'euros en 2018 ; à titre de comparaison, la valeur de la production agricole française était de 74,6 milliards d'euros en 2020.

    Lorsque Christophe Colomb arrive en Amérique en 1492, il constate que les Indiens utilisent le tabac pour ses propriétés magiques et médicamenteuses. André Thevet en rapporte des graines et la culture du tabac commence en Europe.

    En 1492, lors de son expédition en Amérique, Christophe Colomb découvre le tabac et le rapporte en Europe, à la Cour espagnole et portugaise, où il est pendant longtemps utilisé comme simple plante d'ornement. Ce n'est qu'au milieu du xvie siècle que le médecin personnel de Philippe II d'Espagne commence à le promouvoir comme « médicament universel ». La première description écrite serait le fait de l'historien espagnol d'Oviedo.

    Il est introduit en France en 1556 par un moine cordelier, André Thevet qui au retour de son séjour au Brésil, en fit la culture dans les environs de sa ville natale d'Angoulême. On l'appelle alors « herbe angoulmoisine » ou « herbe pétun ».

    Dès 1775, les premiers soupçons de relation entre tabac et cancer sont exprimés

     

    Les conséquences

    Il n'y a pas de seuil en deçà duquel on peut fumer sans risque. Les fumeurs occasionnels ont eux aussi de gros risques pour leur santé, au niveau cardio-vasculaire surtout (infarctus, AVC, embolie pulmonaire, phlébite,...). 

    Fumer une cigarette par jour comparé à quelqu'un qui fume vingt cigarettes par jour ne diminue pas le risque par 20 mais seulement par deux ...

    C'est plus la durée d'intoxication au tabac que la quantité consommée qui est importante de prendre en considération.

    Sans compter que le risque de poursuivre un tabagisme occasionnel multiplie les (mal)chances de re-devenir dépendant avec toutes les conséquences qui pourraient suivre et que cela engendre une augmentation de consommation. 

     

    La nicotine : substance de la dépendance

    Présente naturellement dans le tabac, la nicotine est la molécule responsable des syndromes de manque et de dépendance. Elle agit directement sur votre système nerveux et provoque une dépendance puissante, parfois supérieure à celle de la cocaïne ou de l’héroïne. Une fois inhalée, la nicotine met quelques secondes pour arriver au cerveau. Diffusée sous forme de shoot via la cigarette, elle a un effet anxiolytique, coupe-faim et stimulant.

    La nicotine contenue dans les substituts nicotiniques est diffusée de manière lente et progressive de manière à soulager les symptômes de manque, sans provoquer le pic de plaisir et donc entretenir la dépendance. Dans ce cas, les effets de la nicotine liés au tabagisme ne sont pas ressentis. La nicotine n’est pas cancérigène, ce sont les produits chimiques dégagés par la fumée de cigarette qui sont véritablement nocifs pour la santé.

    Lire la suite

  • Les perturbations du sommeil

    Le sommeil, c’est la santé ! Sans sommeil, la vie est impossible. Il influence notre équilibre physiologique, notre système
    nerveux et la stabilité de notre personnalité.
    Les conséquences du manque de sommeil sont nombreuses et dévastatrices, en voici une liste non exhaustive : fatigue,
    irritabilité, difficultés relationnelles, diminution de la vigilance (pouvant causer des accidents de la route), aggravation de
    troubles respiratoires et cardiovasculaires, réponse immunitaire moins efficace, troubles du comportement alimentaire,
    problèmes de concentration et d’apprentissage (notons que des nuits de moins de 5 heures de sommeil peuvent entrainer
    des difficultés importantes au niveau des capacités d’apprentissage).
    En France, 30% de la population adulte souffre d’insomnie légère et 10% d’insomnie chronique.
    L’insomnie dite « temporaire » dure moins de trois semaines. Au-delà, le corps médical estime qu’il s’agit d’insomnie
    « chronique ».


    Les cycles et les phases du sommeil

    Les êtres Humains n’ont pas les mêmes besoins en termes de durée de sommeil mais ils traversent les mêmes cycles qui
    durent de 1H30 à 2H chacun et qui se répètent plusieurs fois durant une nuit.
    Un cycle est composé de plusieurs phases :
    - Le sommeil lent léger (1ère phase) : dans cet état, nous pouvons encore entendre des sons. Néanmoins, notre attention et
    notre tonus musculaire sont diminués.
    Ensuite, les deux phases suivantes s’enchainent :
    - Le sommeil lent profond (2ème phase) : nous n’entendons plus les sons, notre corps est totalement détendu et relâché, nos
    fonctions vitales (température, rythme cardiaque, respiration) sont ralenties. Notre cerveau renouvelle son énergie neuronale
    et utilise deux fois plus de glucose qu’à l’état d’éveil tandis que la somatropine (hormone de croissance) et les anticorps se
    constituent. Il s’agit d’une phase de récupération.
    - Le sommeil paradoxal (3ème phase) : c’est la phase au cours de laquelle nous rêvons, ce dont témoignent nos
    mouvements oculaires rapides, notre cerveau trie les informations et se libère des tensions accumulées durant la journée.



    Les causes fréquentes de l’insomnie


    - L’anxiété, la dépression, le stress, l’état émotionnel.
    - Un changement d’environnement (chambre ou lit différents, bruit, lumière, ronflements du partenaire).
    - Le travail en horaires décalés ou la surcharge de travail.
    - Un événement (maladie, séparation, décès, perte ou changement d’emploi, examen).
    - Un séjour en haute altitude où le niveau d’oxygène dans l’air est réduit. On parle ici « d’insomnie d’altitude ».
    - La consommation d’alcool, de théine ou de caféine.
    - La prise d’un dîner trop copieux.
    - La pratique d’un sport en soirée.
    - La prise ou l’arrêt d’un traitement médicamenteux.
    - Des pathologies telles que l’asthme, l’hyperthyroïdie, les allergies.
    - Chez les enfants : poussées dentaires, fièvre, problèmes digestifs, changement d’école, difficultés relationnelles avec les
    camarades ou les adultes, déménagement, peur du noir…

     

    Quelques suggestions de pistes


    - Identifier les causes : c’est la première chose à faire. Le Praticien doit s’assurer que les causes de l’insomnie relèvent
    de sa compétence. Dans le cas contraire, la personne devra impérativement être dirigée vers son médecin traitant.
    L’insomnie ne constitue qu’un symptôme reflétant un déséquilibre, la partie visible de l’iceberg. Notre action
    consistera à identifier les causes, d’une part, et à travailler dessus, d’autre part.

    - Acquérir de nouvelles habitudes : se coucher et se lever à heures régulières.
    - Modifier son environnement : réduire les nuisances sonores et la luminosité de la chambre, changer de literie.
    - Privilégier les activités reposantes avant de se coucher : lire, prendre un bain, se relaxer. Eviter de faire du sport le
    soir.
    - Le lâcher prise : apprendre au sujet à se détacher de « ce qui l’empêche de dormir » et à l’accepter ; il peut s’agir de
    difficultés personnelles ou professionnelles, de l’appréhension vis-à-vis d’une situation future, etc.
    - L’Auto-Hypnose : enseigner l’Auto-Hypnose à la personne afin qu’elle la pratique de façon autonome au moment de
    s’endormir ou lors de ses réveils nocturnes.
    - Enregistrement audio : enregistrer une séance d’Hypnose personnalisée, aidant à l’endormissement, que le sujet pourra
    réécouter aussi souvent que nécessaire.
    - Travailler sur la peur de ne pas dormir : l’insomnie peut être appréhendée par la personne et ainsi provoquée par
    autosuggestion. Elle doit retrouver confiance en sa capacité à bien dormir.